/news/coronavirus

11 cas de variants indien confirmés au Québec

Un peu plus de trois semaines après la découverte d’un premier cas de variant indien dans la province, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) rapporte désormais un total de 11 cas de ce variant sur le territoire québécois.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Variant indien: des craintes et beaucoup de questions

• À lire aussi: Craintes au Royaume-Uni en raison d'une poussée du variant indien

Le variant indien, le B.1.617 a causé de lourds dommages en Asie, et plus particulièrement en Inde, est désormais sous haute surveillance dans la province, a expliqué en entrevue à LCN le Dr Gaston De Serres, médecin-conseil à l’INSPQ. 

«L’évolution que ce variant pourrait prendre au Québec est suivie de près. C’est un virus sous haute surveillance», a confirmé le Dr De Serres.

Les cas concernent des voyageurs, et leur répartition régionale n'est pas connue. 

Par ailleurs, les informations concernant le variant indien ne sont pas encore mis à jour sur le site de l’INSPQ, où seuls les variants britannique, sud-africain, brésilien, et nigérian sont répertoriés vendredi. 

Le variant indien, aussi qualifié de double mutant, inquiète, car il pourrait échapper à l’immunité vaccinale. Sans rendre totalement inefficace le vaccin, il pourrait réduire son efficacité, soutient le Dr De Serres. 

Les 36 travailleurs miniers de l’île de Baffin, rapatriés d’urgence jeudi à l’aéroport de Saint-Hubert, ne font pas partie de ces 11 cas confirmés. 

Si 11 cas de variant indien sont confirmés au Québec, le Dr De Serres avertit qu’il ne s’agit que des cas confirmés, et que ce variant peut-être plus présent qu’on ne le croit. 

Selon l’INPQS, le variant issu du Royaume-Uni demeure le plus répandu avec 5237 cas confirmés, et une présence dans toutes les régions du Québec, sauf l’Abitibi-Témiscamingue. 

Dans la même catégorie