/finance/homepage

Air Transat fait le point après le retrait de l’offre de Pierre Karl Péladeau

Joël Lemay / Agence QMI

La compagnie Air Transat est revenue vendredi sur l’avancée des discussions avec Pierre Karl Péladeau, au lendemain de l’annonce du retrait de l’homme d’affaires pour l’acquisition du transporteur aérien.

• À lire aussi: Pierre Karl Péladeau renonce à acheter Air Transat

• À lire aussi: Les employés de Transat entrent dans la danse

• À lire aussi: Course contre la montre pour le remboursement de billets d'avion

«Transat a pris note des déclarations publiques de M. Péladeau formulées hier [jeudi], mais n’a reçu aucune communication formelle à ce sujet», a indiqué la compagnie québécoise par voie de communiqué.

Le président et chef de la direction de Québecor a annoncé jeudi son intention de renoncer à l’idée d’acquérir Air Transat après plusieurs semaines de discussion.

«Je n’ai plus d’intérêt actuellement. Si je fais une nouvelle proposition, je sais que ça ne passera pas. Alors, à quoi ça sert d’en faire une si on sait que le plus important actionnaire va refuser», a-t-il alors affirmé.

L’homme d’affaires avait proposé le 7 avril dernier d’acquérir la totalité des actions de Transat sur une base de 5 $ par action par l’intermédiaire de sa société de gestion Gestion MTRHP inc., a rappelé le transporteur.

Si une réponse devait être fournie dans un délai de 48 heures, les discussions entre les deux parties se sont poursuivies jusqu’au 13 mai, selon Air Transat.

«[La proposition] a fait l’objet d’un examen approfondi par l’entremise du comité spécial formé d’administrateurs indépendants et chargé d’évaluer toute proposition visant l’acquisition des actions de Transat avec l’aide de conseillers financiers et juridiques», a ajouté la compagnie aérienne.

L’intérêt de M. Péladeau pour le transporteur était revenu sur le tapis après le refus du rachat d’Air Transat par Air Canada en avril dernier, lorsque les autorités de régulation européennes y ont mis un frein pour une question de concurrence.

Transat a depuis sécurisé un emprunt de liquidités supplémentaires de 700 millions $ auprès d’Ottawa par l’entremise du Crédit d’urgence pour les grands employeurs (CUGE).

«Ces liquidités supplémentaires lui permettent de planifier la reprise de ses opérations et la mise en œuvre de son plan stratégique pour les années à venir», a expliqué le transporteur québécois.