/news/world

Pression accrue sur le groupe de pirates auteur d'une cyberattaque aux États-Unis

Cyberattaque mains gantées ordinateur pirate piratage

Photo Fotolia

L'étau semblait se resserrer vendredi autour des pirates informatiques de DarkSide à l'origine de la cyberattaque contre l'opérateur d'oléoducs américain Colonial Pipeline: des experts affirment que ses serveurs ont été mis hors service et que ses messages ont même été supprimés par une importante communauté de cybercriminels russes.

• À lire aussi: Rançongiciels: payer ou pas, le dilemme des victimes

• À lire aussi: Colonial Pipeline amorce le redémarrage de son oléoduc

• À lire aussi: La panique des automobilistes américains à la recherche d'essence s'étend

Selon la firme de cybersécurité Recorded Future, le pirate informatique ayant réclamé une rançon à Colonial Pipeline a admis que son groupe DarkSide avait perdu l'accès à plusieurs des serveurs utilisés pour héberger son blogue ou se faire payer.

Accessible via le navigateur TOR sur le «dark web», la version clandestine d'internet, le site de DarkSide était inaccessible vendredi matin.

«Il y a quelques heures, nous avons perdu l'accès à la partie publique de notre infrastructure, à savoir notre blogue, notre serveur de paiement et nos serveurs DoS», a écrit dans un article un pirate utilisant le pseudonyme Darksupp, cité par Recorded Future.

Les attaques par déni de service (Denial of Service ou DoS en anglais) visent à provoquer la fermeture d'un site web en le surchargeant de trafic.

Darksupp a aussi indiqué que des fonds en cryptomonnaie, utilisés pour le règlement des rançons exigées par le groupe de pirates, avaient été retirés.

Un analyste de Recorded Future estime toutefois possible que les aveux de DarkSide soient un subterfuge permettant au groupe de fermer lui-même ses infrastructures pour éviter d'avoir à payer ses associés.

Kimberly Goody, responsable de l'analyse des crimes financiers chez Mandiant, une filiale du géant américain de la cybersécurité FireEye, a déclaré dans un communiqué transmis à l'AFP que son entreprise «n'avait pas pu valider de manière indépendante les affirmations» sur le démantèlement de DarkSide.

«Certaines spéculations d'autres acteurs indiquent qu'il pourrait s'agir d'une escroquerie de sortie (exit scam)», ajoute-t-elle en référence à un stratagème visant à faire croire à une fermeture pour conserver l'essentiel du butin.

En début de semaine, le président américain Joe Biden avait accusé des pirates «basés en Russie» d'avoir mené l'attaque contre Colonial Pipeline vendredi dernier sans pour autant affirmer que Moscou était directement impliqué.

M. Biden a affirmé jeudi être «en communication directe avec Moscou au sujet de la nécessité pour les pays responsables de prendre des mesures décisives contre ces réseaux de rançongiciels».

Auditionné par un groupe parlementaire vendredi, le général Paul M. Nakasone, directeur du commandement interarmées responsable de la cybersécurité (USCYBERCOM) et de la National Security Agency (NSA), a assuré que son rôle était «de soumettre une série d'opportunités opérationnelles ou de plans d'action que le secrétaire d'État ou le président peuvent considérer.»

Par ailleurs, toutes les publications de DarkSide sur le forum russophone de cybercriminels XSS ont été supprimées, selon les chercheurs de la plateforme de protection contre les risques numériques Dark Shadows.

En revanche, les annonces de recrutement du groupe criminel sur une autre plateforme de langue russe prisée des pirates, Exploit, étaient toujours en ligne, mais elles n'ont pas été mises à jour depuis avril et ne font aucune référence à l'attaque contre Colonial Pipeline.

Selon des informations de Bloomberg et d'autres médias américains, Colonial Pipeline aurait payé 5 millions de dollars aux pirates. Interrogé par l'AFP, un porte-parole de Colonial Pipeline n'a pas fait de commentaire, indiquant seulement qu'il y avait une enquête en cours.

L'administration Biden s'est aussi abstenue de commenter tout en soulignant que les compagnies devaient renforcer leur sécurité informatique.

Selon le site Elliptic, qui suit l'utilisation criminelle de cryptoactifs, le portefeuille de bitcoins de DarkSide a été crédité de 75 BTC (environ 4,4 millions de dollars) le 8 mai, au lendemain de l'attaque contre Colonial Pipeline.

Au total, le groupe a reçu l'équivalent de 17,5 millions de dollars depuis début mars, assure également Elliptic.

L'attaque contre les systèmes informatiques de Colonial Pipeline, qui transporte près de la moitié des produits pétroliers américains depuis le Golfe du Mexique vers la côte est des États-Unis, a forcé l'opérateur à fermer l'ensemble de ses opérations.

Cela a provoqué un mouvement de panique chez de nombreux automobilistes, craignant une pénurie d'essence et se ruant vers les stations-service.

Colonial Pipeline a toutefois affirmé jeudi soir avoir relancé l'ensemble de son système et recommencé la livraison de carburants.