/news/currentevents

Saisie de 17 000 litres de GBL, utilisée pour fabriquer la drogue du viol

Agence des services frontaliers du Canada

Les agents des services frontaliers du Canada à Vancouver ont saisi plus de 17 000 litres de substances utilisées pour produire la drogue du viol.

L’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a indiqué que sa section du renseignement de la région du Pacifique a intercepté, le 8 février dernier, un conteneur maritime contenant plusieurs barils dont le contenu a été analysé.

«L’analyse a confirmé que la substance était de la gamma-butyrolactone, une substance contrôlée également connue sous le nom de GBL. Le GBL est un précurseur de classe A figurant à la partie 1 de l’annexe VI de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances et est essentiel à la production d’autres substances contrôlées comme la drogue du viol», a indiqué l’ASFC, dans un communiqué jeudi.

Au total, l’ASFC a saisi 17 852,5 litres de GBL dont la valeur de revente est estimée à plus de 1,8 million $.

«Grâce à une enquête efficace et réussie, les agents des services frontaliers et le personnel du renseignement ont empêché la fabrication potentielle de milliers de kilogrammes de drogues illégales», a déclaré le directeur de la division des opérations de Metro Vancouver de l’ASFC, J.J. Chayeski.

Une enquête sur les importateurs est en cours, a précisé l’ASFC.

Dans la même catégorie