/news/law

Arrestation d’un juge noir: la police de Vancouver présente ses excuses

Sebastian Duda - Fotolia

La police de Vancouver a dû présenter ses excuses après avoir arrêté par erreur, vendredi, un juge noir retraité de la Cour suprême de Colombie-Britannique, qui correspondait à la description d’un suspect recherché.

Le juge Selwyn Romilly marchait le long de la digue de Vancouver, vendredi matin, lorsque cinq policiers l’ont approché et l’ont arrêté, a rapporté samedi le «Vancouver Sun».

«Ils ont dit qu’ils avaient reçu un rapport, que quelqu’un avait fait un rapport et que je correspondais à la description d’une personne [qui avait été] dénoncée. Sans trop tarder, ils m’ont dit de me retourner et de mettre mes mains derrière mon dos et m’ont mis les menottes», a indiqué le juge en entrevue avec le quotidien.

«L’endroit est plein de monde et ils voient un homme noir menotté... Ils ne m’ont pas demandé mon nom ou posé de questions. Ils m’ont mis les menottes dans une hâte indécente», a-t-il ajouté.

L’homme ne serait pas resté longtemps menotté, une fois qu’il a pu expliquer aux policiers qu’il était un juge à la retraite de la Cour suprême.

«Je ne représentais aucune menace pour eux, je n’avais aucune arme à feu sur moi», a-t-il précisé.

La police de Vancouver a déclaré avoir reçu plusieurs appels vendredi matin concernant un homme qui agressait des personnes et qui avait été décrit comme un homme à la peau noire, âgé de 40 à 50 ans, selon le «Vancouver Sun».

«M. Romilly, qui correspondait à la description donnée aux agents par les témoins et qui se trouvait dans la même zone que le suspect, a été brièvement placé en détention avant qu’il ne devienne évident pour les agents qu’il n’était pas le bon suspect», a expliqué l’agente Tania Visintin dans un courriel adressé au quotidien, ajoutant que la police avait présenté ses excuses au juge.

Selwyn Romilly était devenu la première personne noire à être nommée dans une cour de la Colombie-Britannique en 1974, avant d’être le premier juge noir à accéder à la Cour suprême de la province en 1995.