/news/coronavirus

Inquiète de la COVID-19, la Chine suspend les expéditions sur l’Everest

La Chine a annulé toutes les activités d'ascension de l’Everest depuis son territoire afin d’éviter tout risque de contamination à la COVID-19 par des alpinistes en provenance du Népal, selon un média d’État. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Le géant asiatique, premier pays frappé par la pandémie fin 2019, a depuis largement endigué la maladie, mais il redoute un retour des infections à partir de l’étranger.

Alors que les frontières sont pratiquement fermées depuis mars 2020, la Chine s’inquiète désormais des risques venant du sommet enneigé du toit du monde, qu’elle partage avec le Népal à 8848 m d’altitude. 

Le Népal, voisin de l’Inde, est durement frappé par une deuxième vague épidémique, au moment où l’État himalayen comptait relancer son tourisme cet été après une saison 2020 réduite à néant.

Compte tenu de la situation sanitaire, «toutes les activités d’ascension de [l’Everest] sont annulées», a indiqué vendredi l’agence officielle Chine nouvelle, en mentionnant le nom tibétain du sommet.  

L’agence indique que cette décision a été prise par l’Administration chinoise des sports. 

La durée de la mesure n’est pas précisée.

Déjà, en début de semaine, la Chine avait annoncé l’installation d’une «ligne de démarcation» au sommet de l’Everest pour se protéger du coronavirus.

Mais Pékin n’avait pas précisé comment il entendait concrètement marquer son territoire sur l’étroit sommet de la plus haute montagne du monde, où seuls quelques alpinistes peuvent tenir en même temps.