/news/society

Les aînés voyageront moins après la pandémie

Bloc Aînés Vieux vieillard

Photo Fotolia

Une majorité de Québécois âgés de 60 ans et plus ont pris la décision de moins voyager après la pandémie, selon ce que révèlent les résultats d’un sondage dévoilé vendredi. 

Le coup de sonde — réalisé par la firme CROP pour le compte de l’Association des retraitées et retraités de l’éducation et des autres services publics du Québec (AREQ) entre le 24 février et le 9 mars 2021, par le biais d’un panel web — montre qu’en plus du voyage, la pandémie a grandement changé les habitudes des aînés au Québec.

En plus des voyages, une majorité d’aînés prévoient majoritairement de moins participer à des rassemblements publics importants (68%) et sont plus nombreux que jamais à vouloir demeurer dans leur domicile, et ce, le plus longtemps possible (78%).

«Il est possible que les aînés soient moins enclins à participer à des rassemblements et à voyager dans l’avenir, mais surtout, elles ont réalisé que de vivre dans des milieux de vie collectifs, souvent très onéreux, n’est pas nécessairement un gage de sécurité et de bien-être», a expliqué la présidente de l’AREQ, Lise Lapointe, par voie de communiqué.

La pandémie, une année effroyable pour les aînés

La COVID-19 - pas seulement la maladie, mais les conséquences de celle-ci, particulièrement le délestage - a fortement touché les 60 ans et plus de la province.

Des répondants, 65% d’entre eux ont eu peur de contracter la COVID-19. À Montréal, longtemps considérée comme l’épicentre de la pandémie, cette proportion monte à 72%. Près d’un aîné sur deux (43%) affirme avoir souffert d’isolement durant cette période. Toutefois, une très grande majorité d’entre eux ont réussi à parler à un proche pour s’en sortir.

«Cette pandémie a frappé les personnes aînées de plein fouet, non seulement en raison des milliers de décès, mais aussi par la solitude et l’isolement. Néanmoins, cette pandémie a aussi démontré leur grande résilience, car plusieurs aînés ont dû s’adapter aux technologies afin de garder le contact avec leurs proches et d’obtenir des suivis médicaux», a ajouté Lise Lapointe.

Le 47e Congrès de l’AREQ réunira quelque 650 personnes déléguées de toutes les régions, sur une plateforme web, du 1er au 4 juin 2021.