/news/world

Une nouvelle flambée des cas en Haïti qui inquiète

Haïti fait face à une augmentation des cas depuis les deux dernières semaines qui est très inquiétante, la vaccination contre la COVID-19 n’étant pas encore commencée.

• À lire aussi: Un milliard de doses de vaccins anti-COVID administrées dans le monde

• À lire aussi: Crise en Haïti: démission du gouvernement, un nouveau premier ministre nommé

• À lire aussi: Des centaines de manifestantes contre les violences et pour la démocratie à Haïti

«Le calendrier le plus optimiste qu’on a pour le début de la campagne de vaccination par l’entremise du programme Covax, ce serait au mois de juillet», a mentionné Josianne Desjardins, journaliste indépendante en Haïti en entrevue sur LCN, samedi.

Si ce pays avait réussi à éviter des hausses de cas importantes depuis un an, l’arrivée de variants vient mettre en péril la santé des gens.

Haïti avait jusqu’à maintenant recensé 14 000 cas et 271 décès sur une population de 11 millions d’habitants. Par contre, depuis deux semaines, 8 décès et 142 cas se sont ajoutés et les deux hôpitaux affichent complet.

«Ce qu’on craint c’est une deuxième vague parce qu’on a confirmé la présence des nouveaux variants. Les variants britanniques et brésiliens», a précisé la journaliste.

Cette nouvelle augmentation crée un peu de panique, les Haïtiens n’ayant presque plus de cas depuis des mois.

«Oui il a eu une première vague, il y a eu une montée des cas autour du mois de juin, mais par la suite, on a eu une accalmie et on avait même l’impression, moi j’entendais souvent ça dans le discours populaire que la COVID n’était plus dans le pays», a raconté Josianne Desjardins.

Respect des mesures sanitaires

Les Haïtiens sont obligés de porter le masque dans les institutions comme les banques, mais dans les commerces qui ont pignon sur rue, les règles varient.

La journaliste a ainsi expliqué que certains l’exigent, mais le magasin voisin pourrait laisser entrer des clients ou des employés sans masque. Et ce n’est pas la seule consigne qui n’est pas suivie.

«Pour ce qui est de la distanciation, depuis le début de la pandémie on le voit, c’est un concept qui est difficile à appliquer parce que la vie communautaire est très importante», a mentionné la journaliste indépendante.