/news/culture

Yvon Deschamps a «peur qu’on soit marqués par la pandémie»

Yvon Deschamps

Photo Ben Pelosse

Comme tout le monde, Yvon Deschamps est « tanné » de la pandémie. Habitué à passer ses hivers en Floride, l’humoriste retraité de 85 ans a été contraint de subir les affres de l’hiver québécois pour la première fois depuis des années. « J’ai trouvé ça dur, vraiment », dit-il. 

• À lire aussi: Voici les humoristes préférés de l’histoire du Québec

• À lire aussi: Yvon Deschamps remonte sur scène pour une bonne cause, le jour de ses 85 ans

• À lire aussi: Yvon Deschamps et Véronique Cloutier enregistreront des messages

La dernière fois que nous avions rencontré Yvon Deschamps, c’était en octobre dernier, pour parler d’un spectacle virtuel qui visait à célébrer son 85e anniversaire et amasser des fonds pour sa fondation. 

Cette fois-ci, on lui parlait à propos du nouveau partenariat que l’humoriste a conclu avec ComediHa ! pour la gestion de son catalogue. Depuis quelques jours, les amateurs d’Yvon Deschamps peuvent regarder une dizaine de ses spectacles intégraux sur la plateforme ComediHa.tv. Des extraits de ses mono-logues sont aussi accessibles sur sa chaîne YouTube officielle.

En pleine forme durant la généreuse entrevue accordée sur Zoom, Yvon Deschamps a parlé avec plaisir de certains de ses monologues qui avaient grandement fait jaser à l’époque et que l’on peut maintenant regarder en ligne. 

Mais bien sûr, en début d’entretien, on souhaitait d’abord savoir comment il allait depuis les six derniers mois. « Ma pandémie se porte assez bien, répond-il. Mais comme tout le monde, je suis tanné. J’espère que ça va changer. Mais j’ai peur de ce que j’appelle “le syndrome du voleur”. »

Yvon Deschamps explique ce syndrome : lorsqu’on a oublié de fermer une fenêtre ou de barrer la porte d’entrée, et que c’est à ce moment-là qu’on se fait voler. « Après ça, tu veux mettre des barreaux dans les fenêtres et changer les serrures, dit-il. C’est épouvantable. J’ai peur que ça fasse ça, qu’on soit marqués. J’ai peur qu’il n’y ait plus de pandémie, mais qu’on porte encore des masques et qu’on se tienne à six pieds, parce qu’on a encore peur. »

Yvon Deschamps devait recevoir sa deuxième dose du vaccin contre la COVID-19 ce mois-ci. « Mais j’ai reçu un courriel qui disait que ce serait plutôt à la fin juin. Je m’attends à en recevoir un autre qui va dire juillet ou août. J’ai des amis qui sont en Floride. Eux, ils ont eu les deux doses en trois semaines. »

Du soleil plein la tête 

Parlant de la Floride, Yvon et sa femme, Judi Richards, n’ont pu y retourner l’hiver dernier en raison de la pandémie. « Parce qu’on n’était pas là, il y a eu des troubles à notre maison. Un dégât d’eau et des fenêtres brisées parce qu’on est sur un terrain de golf. On va aller voir ça un jour, mais on ne sait pas quand ! »

Son premier hiver québécois en plusieurs années n’a pas été facile. « La première bordée de neige qu’on a eue [ils ont une maison dans les Laurentides, près de Saint-Sauveur], j’ai pelleté tout le tour de la maison pendant quelques heures. J’ai failli mourir ! Pendant deux jours, le cœur me faisait mal... »

Deux deuils 

Comme un malheur n’arrive jamais seul, Yvon et Judi indiquent avoir perdu un filleul et un neveu dans deux accidents, le mois dernier. « Il y en a un qui a perdu connaissance en faisant le déjeuner, raconte Yvon. Le feu a pris. Il a été plogué pendant deux semaines à l’hôpital et il est mort. L’autre, c’était un accident de voiture. Mettons que ça fait des semaines désagréables. »

« Les gens pensent qu’on est dans des châteaux d’ivoire et qu’il n’y a rien de mal qui nous arrive, mentionne Judi, qui s’est jointe à la conversation. Mais non, on est du vrai monde. Il y a des choses qui nous arrivent, comme tout le monde. »

Du côté positif, Yvon Deschamps entrevoit avec le sourire l’arrivée du beau temps et le déconfinement probable des prochaines semaines. « Je suis certain qu’on va pouvoir faire des affaires dehors avec du monde, dit-il. On va fêter le retour d’une certaine normalité. Mais ça va prendre des années avant que ça revienne. Si jamais ça revient. »


Un encan au profit de la Fondation Yvon Deschamps se tiendra du 11 au 20 juin. Pour les détails : facebook.com/fydcs. Les archives vidéo de l’humoriste sont accessibles sur sa chaîne officielle YouTube et plusieurs spectacles complets peuvent maintenant être visionnés, avec un abonnement payant, sur la plateforme ComediHa.tv.

Dans la même catégorie