/news/faitesladifference

L’art de mépriser les mots

dictionnaire

Pierre brillot - stock.adobe.com

Confinement, couvre-feu, insurrection, détresse psychologique... Non mais sommes-nous si pathétiques, si mal en point, sommes-nous à l’agonie? Jouer avec les mots revient à avouer la faiblesse de l’être, la faiblesse d’un peuple qui ne sait même plus s’endurer. 

Se plaindre d’être victime d’éphémères mesures sanitaires revient à cacher un mal-être profond, c’est avouer sa tristesse face aux manques de papier de toilette chez Costco, à la rupture de stock de levure instantanée végane chez Maxi, aux discothèques qui n’offrent plus le dernier hit de Nicki Minaj, au bar de karaoké qui ne fredonne plus les pathétiques textes de Joe Dassin, c’est la médiocrité de l’Homme au grand jour.

En zone d’humilité

Je vous propose un bref exercice moral, un bref passage en zone d’humilité. Posez la question suivante à ces gens, ces hommes, ces femmes, ces enfants qui vivent confinés depuis déjà très longtemps, bien avant les mots «COVID-19» et «pandémie»

Comment vis-tu le confinement toi :

 - le détenu carcéral

 - la femme atteinte d’une maladie incurable

 - l’adolescent en centre jeunesse

 - l’exilé qui gagne sa vie dans les chantiers, dans les mines du Nord, du Nunavik, du Nunavut

 - le proche aidant

 - le camionneur au long cours

 - les gens de Blanc-Sablon, La Tabatière, Tête-à-La-Baleine, Radisson, Unamen Shipu......

Se plaindre, c’est témoigner de sa faiblesse face à la vie de l’autre, face à celle de ceux qui vivent différemment, par choix ou malgré eux. C’est l’aboutissement de la lâcheté, du mépris, de l’inconscience collective.

Le père de la sociologie disait des Hommes et des Femmes qu’ils étaient des animaux sociaux. Triste de constater que nous sommes devenus de piètres sociopathes bestiaux, tout a son envers.

Que l’on se console, nous avons trouvé un vaccin.

Il serait temps de retrouver le Nord, car déjà trop longtemps nous l’avons perdu!

Pour la suite du Monde...

Jean-Camil St-Pierre Robichaud

Cuisinier

Saint-Jean-Port-Joli

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?