/regional/montreal/montreal

La manif pro-Israël tourne au vinaigre à Montréal

Une manifestation en soutien à Israël a tourné au vinaigre au Square Dorchester, dimanche après-midi à Montréal, quand des pro-palestiniens ont violemment affronté les pro-israéliens réunis d’abord dans une ambiance bon enfant.  

• À lire aussi: 40 Palestiniens tués dans des frappes israéliennes, plus lourd bilan depuis une semaine

• À lire aussi: Montréal: plusieurs milliers de personnes réunies en soutien à la Palestine

• À lire aussi: Gaza: Washington multiplie les contacts pour faire cesser les violences

«Je suis ici pour mon peuple israélien. Nous, on est pacifique aujourd’hui. Certains disaient de ne pas venir, mais on est là», commente Orit Jacobovitz.

Des centaines de personnes s’étaient d’abord rassemblées en soutien à Israël et pour dénoncer l’escalade militaire des derniers jours entre l’État hébreu et le mouvement palestinien Hamas. ouvait apercevoir une marée de drapeaux bleu et blanc au centre-ville dès 13h. À l’écart de ce groupe, quelques mètres plus loin, une deuxième manifestation réunissait des dizaines de gens qui scandaient «Free Palestine» et qui soutenaient les pro-palestiniens. 

Tensions  

Une heure à peine après le début de la manifestation, les deux camps se sont rapidement affrontés et insultés. Plusieurs policiers étaient sur place et certaines rues ont dû être bloquées aux alentours de la manif. 

Des pro-palestiniens ont tenté d’arracher les drapeaux israéliens dans les mains des manifestants. Le Journal a aussi constaté que des roches ont été lancées en direction des personnes pro-Israël. 

Les policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ont tenté de contenir les deux groupes campés des deux côtés du boulevard René-Lévesque pendant un certain temps, mais ils ont finalement déclaré le rassemblement comme étant «illégal» quand les esprits se sont échauffés.

«Israël, terroriste» et «Israël, assassine, les enfants de la Palestine» scandaient des manifestants à ce moment. 

L'escouade anti-émeute a été appelée en renfort pour tenter de disperser les manifestants. Des gaz lacrymogènes ont été lancés. La foule a finalement été dispersée après une longue partie de cache-cache avec les policiers sur place. Des voitures du SPVM ont aussi été saccagées en fin de journée. 

Réaction de Justin Trudeau

Le premier ministre canadien Justin Trudeau a condamné dimanche la violence et les propos antisémites ou islamophobes ayant marqué plusieurs manifestations ce week-end au Canada, notamment à Montréal où des affrontements ont éclaté entre manifestants Propalestiniens et pro-israéliens.

Tout en insistant sur «le droit de se réunir pacifiquement et de s'exprimer librement au Canada», M. Trudeau a souligné dans un tweet qu'il n'était pas question de tolérer «l'antisémitisme, l'islamophobie et la haine».

Le premier ministre a «fermement condamné les propos et la violence méprisables dont on a été témoins lors des manifestations» du week-end.

Arrestations et violence  

Selon nos observations, au moins cinq personnes ont été arrêtées dans le cadre de ces manifestations. Des civils en train de magasiner au centre-ville ont aussi été blessés par des manifestants qui tentaient de fuir l’escouade anti-émeute. 

Hier, près de 3000 personnes se sont aussi réunies devant le consulat général d’Israël pour montrer leur solidarité envers les Palestiniens. La manifestation d’aujourd’hui, au centre-ville de Montréal, se veut une riposte organisée en soutien aux Israéliens. 

Des rassemblements similaires se sont déroulés partout dans le monde ce week-end, notamment dans plusieurs villes françaises ou encore à Londres, pour appeler à faire cesser l’occupation militaire israélienne.

Dans la même catégorie