/regional/quebec/quebec

Un plan d'action pour plus de diversité au SPVQ

Photo Agence QMI, Guy Martel

La Ville de Québec déploie un plan d’action pour permettre une meilleure représentation des minorités visibles au sein de son Service de police (SPVQ), tout en investissant 10,5 M$ pour favoriser la «cohésion sociale». 

L’été dernier, l’ex-directeur du Service police de la Ville de Québec, Robert Pigeon, avait avoué qu’il n’y avait aucun policier noir parmi les 853 agents de l’organisation. Une nouvelle qui avait fait beaucoup de bruit dans la région.

Souhaitant améliorer la situation, le nouveau directeur du corps de police, Denis Turcotte, mettra en place une stratégie de recrutement visant à ce que le SPVQ soit plus représentatif de la population.  

Le nouveau chef du SPVQ Denis Turcotte

Photo Agence QMI, Guy Martel

Le nouveau chef du SPVQ Denis Turcotte

Des discussions sont d'ailleurs en cours pour permettre à des personnes «qui ont déjà une expérience de vie» de devenir policer au SPVQ. Seules une attestation d’étude collégiale (AEC), d’une durée d’un an, et une formation de 15 semaines à l’École nationale de police du Québec seront requises.  

«Ça permettra au service de police d’avoir plus de possibilités pour sélectionner des individus [issus des communautés culturelles]», explique le maire Labeaume. 

Discrimination positive

Une stratégie pour atteindre une meilleure diversité au sein même des employés de la Ville de Québec est aussi mise en marche.

L’administration Labeaume travaillera notamment sur un formulaire qui permettra à la Ville de connaitre l’appartenance culturelle de ses employés actuels. Ce dernier servira de point de départ pour les futures embauches. 

À terme, grâce à la discrimination positive, on souhaite avoir autant de représentants des minorités visibles parmi les employés municipaux que leur poids démographique dans la population de Québec.  

«Il faut aussi vraiment changer la façon dont on parle de la diversité pour que les gens sachent que c’est à leur avantage [d’identifier leur origine culturelle]», laisse entendre Iréna Harris, experte-conseil en diversité, équité et inclusion. 

Iréna Harris

Photo Agence QMI, Guy Martel

Iréna Harris

Des millions pour le vivre-ensemble  

Par ailleurs, environ 10,5 M$ seront investis sur trois ans dans divers événements et sites pour favoriser la «cohésion sociale» au sein de la population de Québec.  

Photo Agence QMI, Guy Martel

Le tiers de ce montant servira notamment à restaurer la Maison Pollack qui deviendra, d'ici trois ans, la Maison de la diversité. Un «lieu permanent de rassemblement, de partage et d’apprentissages des cultures».