/news/society

165 personnes tuées en 10 ans à cause de la violence conjugale

Un recensement de l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ) dévoile que 165 personnes sont décédées en raison de la violence conjugale entre 2008 et 2018. 

• À lire aussi: Violences conjugales: un module de concertation et d’enquêtes créé au SPVM

• À lire aussi: Québec offre une aide financière au Centre d'expertise Marie-Vincent

• À lire aussi: 71 M$ de plus pour accompagner les victimes

Même si les cas de violence conjugale ont augmenté depuis le début de la pandémie, cette étude soutient qu’il s’agissait d’un problème bien avant 2020. 

Depuis 2017, Québec est doté d’un plan d’action contre la violence conjugale. C’est dans le cadre de ce plan d’action que l’INSPQ a fait le recensement des données disponibles entre 2008 et 2018.

On y apprend donc que la majorité des 165 personnes tuées sont des femmes et des enfants. 

Le rapport, rendu public au cours de la fin de semaine, expose aussi le fait que la plupart des auteurs de crimes liés à la violence conjugale ont tenté de chercher de l’aide avant de commettre leurs gestes. 

Plus de 25 % des victimes ont aussi tenté d’alerter les autorités ou de chercher de l’aide. 

«Ce que ça dit, comme on l’a recommandé, c’est qu’il faut améliorer la formation des policiers, les aider à détecter des signes qui sont parfois moins visibles, parce que ce sont souvent les premiers intervenants et qu’ils peuvent faire vraiment une différence dans la prévention», soutien Louise Riendeau du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale.