/regional/estduquebec/basstlaurent

COVID-19: un passage en orange demandé pour l’est du Bas-Saint-Laurent

La situation épidémiologique est sous contrôle dans l’est du Bas-Saint-Laurent, contrairement à la partie ouest, ce qui pousse certains élus et commerçants à réclamer un changement de palier d'alerte pour un retour en zone orange.

«On parle vraiment de la majorité de la population qui est, d'une certaine façon, prise en otage par la minorité de la population», a lancé Marc Parent, maire de Rimouski.

Sur les 25 nouveaux cas de COVID-19 recensés lundi, 21 ont été dépistés dans la partie ouest du territoire, et 343 des 388 cas actifs au Bas-Saint-Laurent étaient répertoriés dans les quatre MRC de l'ouest.

«Ils vivent une période très difficile, je sympathise avec eux, mais ce sont deux mondes totalement différents», a exprimé le maire.

Marc Parent a ainsi demandé à Québec d'accepter de scinder une région en deux paliers d'alerte, dans l'espoir que l'est du Bas-Saint-Laurent puisse éventuellement basculer au niveau d'alerte inférieur, soit orange.

«Je ne demande pas nécessairement que les quatre MRC de l'est tournent au orange maintenant, mais ce que je dis c'est que le gouvernement se doit d'accepter ce concept-là», a exigé le maire.

Le taux de cas actifs par 100 000 habitants dans les quatre MRC de l'est du Bas-Saint-Laurent est inférieur à celui de la Gaspésie, actuellement au palier d'alerte jaune, selon les données de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).Devant un tel constat, les restaurateurs de la région de Rimouski sont nombreux à s'impatienter.

«Avec le très grand respect des gens du coin et la situation qui est sous contrôle ici, c'est sûr que l'orange, voire le jaune, serait très apprécié pour l'industrie de la restauration qui travaille très fort depuis le début», a lancé le copropriétaire du 9 resto déjeuner, Steven Guimond Corriveau.

Plusieurs espèrent également que le point de presse de mardi sur le déconfinement ramènera une certaine équité.

«On voit des tables à pique-nique remplies de gens partout, mais nous, où il n'y a pas d'éclosion recensée, où on respecte toutes les mesures, on est encore fermé alors que l'industrie a besoin d'une très grosse bouffée d'air», a ajouté M. Guimond-Corriveau.

«On est très impatients pour la réouverture, on aimerait avoir une réponse claire, nette et précise du gouvernement», a ajouté Tommy Rioux copropriétaire du restaurant Bon Voyage de Rimouski.

Le maire de Rimouski espère que le trio santé aura de bonnes nouvelles concernant la division des régions lors du point de presse, mardi à 17h.

Si le gouvernement ne va pas de l'avant avec ce type de séparation, il craint que l'est du territoire paie le prix pendant plusieurs semaines de la situation problématique dans l'ouest.

Les mesures d’urgence ne sont d’ailleurs plus effectives depuis lundi dans la région de Rimouski-Neigette où la situation s’est stabilisée.

Les quatre MRC de l'est, soit Rimouski-Neigette, Matane, Mitis et Matapédia, sont actuellement au palier d'alerte rouge, contrairement aux quatre MRC de l'ouest (Kamouraska, Rivière-du-Loup, Témiscouata et Les Basques) qui sont toujours sous le coup des mesures spéciales d'urgence.