/regional/troisrivieres/mauricie

Procès de François Asselin: la victime avait 44 plaies sur le corps

Capture d'écran, TVA NOUVELLES

Le corps de François Lefebvre portait 44 plaies causées par un objet piquant et tranchant comme un couteau. C'est ce qui ressort du témoignage du médecin pathologiste qui a pratiqué l'autopsie au laboratoire de sciences judiciaires et de médecine légale.

Le Dr André Bourgeault a témoigné lundi au procès de François Asselin, accusé du meurtre de son père, Gilles Giasson, et de celui d'un collègue de travail, François Lefebvre.

Dr Bourgeault expliqué aux jurés que 24 de ces plaies se situaient à la tête et au cou. Neuf autres se situaient au thorax, à l'abdomen et au dos. Selon lui, la blessure mortelle a cependant été portée au cou, sectionnant la carotide.

Selon le Dr Bourgeault, les blessures de couteau que la victime présentait aux mains indiquent qu'elle a tenté de se défendre.

Un autre expert, une biologiste judiciaire, a expliqué au tribunal avoir retrouvé des taches de sang à plusieurs endroits dans la chambre de motel ou le meurtre aurait été commis. Selon elle, quelqu'un aurait aussi tenté de nettoyer la scène de crime.

Visionnement de l'interrogatoire   

Une partie de la journée de lundi a été consacrée au visionnement de l'interrogatoire de François Asselin en lien avec ce meurtre. Après deux heures d'interrogatoire, l'enquêteur Cédric Ménard a obtenu des aveux de l'accusé. «C'est moi qui l'a tué. Je l'ai ouvert d'un bout à l'autre», peut-on entendre.

Il a aussi confié avoir caché le couteau ayant servi à commettre son crime dans le plafond de la salle de bain de l'entreprise Ovation Logistique de Sherbrooke, là où il a été arrêté.

Au cours de cet interrogatoire, François Asselin a affirmé avoir déjà séjourné en psychiatrie à l'hôpital de Trois-Rivières après un épisode psychotique où il était convaincu que ses jeunes enfants tentaient de le tuer. Une psychiatre l'aurait alors prévenu que sa consommation de cannabis amplifiait la psychose.

Le visionnement de l'interrogatoire reprendra mardi matin au palais de justice de Trois-Rivières.