/finance/homepage

Les profs affiliés à la CSQ approuvent à 74 % l’offre de Québec

Photo d'archives, Simon Clark

Les profs affiliés à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) ont approuvé à 74 % la proposition de règlement du gouvernement Legault concernant le renouvellement de leur convention collective. Cette offre ne permettra toutefois pas de s’attaquer à la pénurie d’enseignants et d’améliorer les services aux élèves, affirme la fédération syndicale qui les représente. 

• À lire aussi: Des manifestants de la CSQ réunis devant les bureaux du premier ministre 

«Ce n’est pas avec le sourire que l’on vient vous donner nos résultats», a lancé Josée Scalabrini, présidente de la Fédération des syndicats de l’enseignement, qui est affiliée à la CSQ.  

La FSE-CSQ représente 65 000 membres, soit la majorité des enseignants du réseau scolaire québécois. 

L’offre gouvernementale qui a été entérinée permet «des «avancées significatives» sur le plan salarial, mais aucun allégement de la tâche des enseignants, déplore Mme Scalabrini. «Notre cri du cœur n’a pas été entendu», a-t-elle laissé tomber. 

En matière de rémunération, la FSE a reconnu que des gains importants avaient été faits, tout en tenant à nuancer le portrait.  

Les augmentations salariales consenties par le gouvernement Legault ne permettent pas de rattraper la moyenne canadienne, selon la FSE. L’écart qui était de 12% est réduit à 8%, avance la fédération syndicale en se basant sur des données de 2018. 

Par ailleurs, la bonification salariale n’est pas de 18% comme l’avance le gouvernement Legault, mais plutôt de 13% (en incluant la proposition intersectorielle qui est sur la table) selon la FSE, qui considère que les montants forfaitaires consentis et la progression dans l’échelle salariale ne peuvent être considérés comme une augmentation de la rémunération. 

Services aux élèves

Par ailleurs, la déception demeure grande dans les rangs syndicaux puisque cette entente ne permet pas d’alléger le quotidien des enseignants ni d’améliorer les services aux élèves, affirme Mme Scalabrini. 

Québec a accepté de financer la création de 75 classes spécialisées(qui s’ajoutent aux 150 déjà prévues) et de 300 classes ordinaires supplémentaires, mais il ne s’agit que d’un mince gain qui n’aura pas d’impact significatif dans l’ensemble du réseau scolaire, fait-elle valoir. 

Cette offre de règlement a été accueillie de manière fort différente d’un milieu à l’autre, puisque son taux d’approbation varie de 18% à 95% selon les syndicats locaux. 

Contrairement à la Fédération autonome de l’enseignement, qui avait conclu une entente de principe avec Québec, la FSE-CSQ a soumis cette proposition à ses membres sans en recommander l’adoption. 

Les négociations intersectorielles entre la CSQ et le gouvernement Legault sur les clauses salariales se poursuivent toujours.