/regional/quebec/quebec

Tunnel Québec-Lévis: le projet inquiète les producteurs agricoles

L’impact du projet du Réseau express de la Capitale (REC), notamment l’emplacement de l’extrémité sud du tunnel Québec-Lévis, sur les zones et les activités agricoles inquiète les producteurs.

• À lire aussi: De 6 à 10 G$ sur 10 ans pour construire le 3e lien

• À lire aussi: Réseau express de la Capitale: Labeaume satisfait, Lehouillier aux anges

• À lire aussi: Une erreur historique

«L'emplacement de l'extrémité sud du futur tunnel ne correspond pas au tracé de moindre impact et ouvre beaucoup trop grande la porte à l'urbanisation en zone actuellement réservée à l'agriculture», a déclaré le président de l’Union des producteurs agricoles (UPA), Marcel Groleau, dans un communiqué, lundi.

x

x

Les membres de cette organisation sont loin d’être convaincus de la pertinence d’un tel projet, se référant, pour ce faire, à des experts selon lesquels les citoyens ont tendance à moins se déplacer en raison du télétravail et de l’achat en ligne.

De plus, comme tout projet d’infrastructure autoroutier, la construction d’un tunnel entre Québec et Lévis contrarie la densification du territoire, présentée comme une panacée contre l’étalement urbain et la congestion routière, selon l’UPA.

Écoutez le ministres des transports, François Bonnardel, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

«Il est impératif de prévoir des mesures visant à limiter les conséquences sur le territoire et les activités agricoles dans ce secteur, quitte à revoir l'emplacement et à apporter les ajustements nécessaires s'il le faut», a plaidé M. Groleau.