/news/world

Un gratte-ciel tremble et sème la panique à Shenzhen en Chine

L'un des plus grands gratte-ciel de Chine, à Shenzhen (sud), a été évacué mardi après-midi après une oscillation d'origine inconnue, qui a provoqué des scènes de panique.

Le SEG Plaza, dont la construction a été achevée en 2000, est l'un des immeubles les plus emblématiques de l'immense métropole limitrophe de Hong Kong.

L'immeuble, qui domine du haut de ses 291 m le quartier d'affaires de la ville de plus de 12 millions d'habitants, abrite notamment sur plusieurs étages un immense marché de composants et produits électroniques.

AFP

Le bureau de gestion des situations d'urgence de Shenzhen a indiqué sur le réseau social Weibo «vérifier les causes du tremblement» du gratte-ciel, tout en précisant «qu'aucun séisme n'avait frappé la ville aujourd'hui».

Les autorités du quartier ont affirmé dans la soirée que toutes les personnes à l'intérieur du bâtiment avaient été évacuées et qu'aucun autre mouvement de l'édifice n'avait été détecté, mais n'ont pas précisé comment ils allaient gérer la suite.

Le SEG Plaza a oscillé vers 13h50, heure locale, selon les autorités. Ces secousses ont immédiatement entraîné des scènes de panique.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montraient plusieurs centaines de piétons en train de s'enfuir en courant du périmètre du bâtiment.

La tour est implantée dans un quartier du centre de Shenzhen, Futian, connu notamment pour sa gigantesque artère piétonne bordée de boutiques et de centres commerciaux.

AFP

Après inspection, les responsables de ce quartier ont affirmé n'avoir trouvé «aucune anomalie de sécurité dans la structure principale et l'environnement du bâtiment» et que les éléments intérieurs et extérieurs du bâtiment ne semblaient pas avoir été endommagés.

Cinq des plus hauts gratte-ciel du monde sont situés en Chine, dont la tour Shanghai, qui compte 128 étages et culmine à 632 mètres de haut. 

Toutefois, depuis l'an dernier, la Chine interdit la construction de bâtiments de plus de 500 m de haut, une restriction qui était auparavant déjà en vigueur dans certaines villes comme Pékin.

Aucun gratte-ciel ne s'est jamais effondré en Chine, mais des effondrements de bâtiments plus modestes sont déjà survenus, en raison de normes de construction parfois laxistes.

En mars 2020, un hôtel réquisitionné comme lieu de quarantaine contre la COVID-19 s'était ainsi écroulé dans la province du Fujian (est), tuant 29 personnes.