/regional/saguenay

Plan de déconfinement: une bouffée d'air frais pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean

Le plan de déconfinement de Québec est applaudi par les commerçants au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Déconfinement: voici le calendrier du retour à une vie un peu plus normale

«C'est une bouffée d'air frais, a affirmé la directrice générale de la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay/Le Fjord, Sandra Rossignol. Une bonne nouvelle pour les restaurateurs, mais aussi pour les festivals.»

L'été s'annonce intéressant, surtout dans les restaurants où les terrasses seront ouvertes dès le 28 mai.

«On va pouvoir finalement avoir une vie normale se réinstaller. Et cette fois, on l'espère, ça va vraiment bien aller», a déclaré avec le sourire en coin la mairesse de Saguenay, Josée Néron.

La ministre responsable de la région, Andrée Laforest, affirme avoir reçu beaucoup de remerciements depuis l’annonce de ce plan. Elle encourage ses concitoyens à se faire vacciner, souligne que c’est une bonne nouvelle aussi pour les employeurs qui verront leur main-d’œuvre être davantage en présentiel et ajoute que ça prouve que tous les efforts qui ont été faits ne l’ont pas été pour rien.

Pour les restaurateurs, c'est la levée du couvre-feu qui fera une grande différence.

«La pression retombe, témoigne le propriétaire de la microbrasserie Hopéra de l'arrondissement de Jonquière, Vlad Antonov. Ça va laisser plus de temps aux clients.»

Au restaurant l’Opia de l'arrondissement de La Baie, la propriétaire, Marie-Ève Dallaire, avait remarqué que les clients qui quittaient pour respecter la limite du couvre-feu de 21 h 30 consommaient moins.

 Écoutez la chronique du chef Danny St Pierre à QUB radio
 

«On le voyait sur la facture qui était moins grosse», a expliqué Mme Dallaire.

Sandra Rossignol est du même avis. «Pour les restaurateurs, le couvre-feu a été difficile. C'est là que le profit est intéressant.»

Mais le retrait du couvre-feu sera appliqué avec prudence. Chez Hopéra, les heures d'ouverture seront prolongées graduellement. À 22 h, puis à 23 h et ensuite à minuit afin de garder le contrôle.

«On ne veut pas que ça vire en débauche. On ne veut pas de gros party. Nous ne sommes jamais à l'abri des problèmes sanitaires, a prévenu Vlad Antonov. Pour les finances, c’est intéressant, mais il ne faut pas que ça dégénère.»

À l'Opia, ces annonces tombent à point. Une nouvelle terrasse de 50 places devrait être prête autour du 28 mai.

Dans la même catégorie