/news/politics

Québec se tourne vers les médicaments biosimilaires

Photo d'archives

Québec va entamer un virage vers l’utilisation de médicaments biosimilaires, une initiative qui permettra à l’État d’économiser plus de 100 millions $ par année.

C’est ce qu’a annoncé le ministre de la Santé, Christian Dubé, par voie de communiqué, mardi.

Les médicaments biosimilaires sont des produits «biologique, sécuritaire et efficace, pour lequel une autorisation de mise en marché a été octroyée par Santé Canada après l'expiration du brevet du médicament biologique de référence, et dont la similarité avec le produit d'origine a été démontrée», a précisé son cabinet.

Les économies ainsi réalisées seront réinvesties dans le système de santé, notamment pour améliorer l’accès à des thérapies médicamenteuses innovatrices.

Même si l'Institut national d'excellence en santé et en services sociaux (INESSS) recommande l’utilisation de certains médicaments biosimilaires depuis plusieurs années, ils demeureraient sous-utilisés.

Une situation qui engendre un surcoût considérable pour le Régime général d'assurance médicaments puisque les médicaments biosimilaires coûtent beaucoup moins cher que les médicaments de référence avec pourtant les mêmes résultats, a déploré le ministre de la Santé.

Éventuellement, Québec couvrira donc seulement les médicaments biosimilaires, sauf exception.

Les patients qui utilisent un médicament biologique de référence, pour lequel un ou des médicaments biosimilaires sont recommandés par l’INESSS, devront passer à l'un de ceux-ci d'ici le 12 avril 2022 sous la supervision de leur médecin traitant, indique-t-on.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.