/news/municipales2021

Une campagne pour intéresser les jeunes à la politique municipale

Les élections municipales se tiendront le 7 novembre prochain et l'Union des municipalités du Québec veut convaincre les jeunes adultes de se lancer en politique.

• À lire aussi: Le vote par correspondance rejeté une fois de plus à Montréal

• À lire aussi: Le maire de Gaspé devient président de l’UMQ

• À lire aussi: Élections municipales : des règles exceptionnelles

L'organisme a mis sur pied la campagne «Ose la municipale» et fait appel à 17 élus d’expérience pour tenter de persuader les 18 à 35 ans de faire le saut en politique municipale.

L’ex-maire de Rimouski et maintenant sénateur Éric Forest fait partie de ceux qui donnent bénévolement du temps à cette cause. Les maires de Matane, Jérôme Landry, et de Sept-Îles, Réjean Porlier, font aussi partie de cette initiative.

«La différence dans le quotidien des gens ça se joue au niveau municipal et c’est pourquoi on a besoin de jeunes autour de la table du conseil», a lancé le sénateur en entrevue avec TVA Nouvelles, mercredi.

Les jeunes de 18 à 35 ans représentent seulement 8,3% des élus municipaux au Québec, tandis qu’ils représentent le tiers de l’électorat.

Éric Forest avait 27 ans lorsqu’il a fait le saut en politique municipale. Il est conscient que la conciliation travail-famille-politique n’est pas facile, «mais c’est faisable», a insisté l’ancien élu.

Le président de l’Union des municipalités du Québec fait aussi partie de ceux qui ont débuté leur implication à un jeune âge. «J’ai eu des enfants à travers de tout ça et je suis encore vivant!» a confié à TVA Nouvelles Daniel Côté, qui est aussi maire de Gaspé.

Daniel Côté et Éric Forest croient qu’il existe encore quelques préjugés sur les fonctions d’un élu municipal, mais que les temps ont bien changé.

«Souvent, ce que l’on remarque c’est que les jeunes sont moins enthousiastes à venir participer à la politique municipale alors que c’est la scène politique la plus proche des citoyens, qui peut avoir une influence au niveau des loisirs et de la culture», a expliqué le président de l’UMQ.

«Un conseiller municipal, ça prend des décisions qui font une différence dans le quotidien des gens», croit Éric Forest.

Les jeunes qui souhaitent interpeller les mentors peuvent le faire en écrivant au mentors@umq.q.ca.