/regional/montreal/montreal

1,8 milliard $: Montréal veut développer ses espaces verts pendant la prochaine décennie

Un budget de 1,8 milliard $ est prévu sur 10 ans par la Ville de Montréal pour mettre de l’avant les espaces verts de la métropole.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a dévoilé jeudi le plan de «relance verte» de son administration, qui orientera la vision de la Ville pour la prochaine décennie en matière de parcs et d’espaces verts.

«On a constaté pendant la pandémie à quel point les gens aiment leurs parcs. Il ne faut pas minimiser l’impact qu’ils peuvent avoir», a déclaré Mme Plante.

Son administration propose notamment d’augmenter la superficie des aires protégées de la métropole à un pourcentage de 10 % de son territoire. Elle prévoit en outre de planter 500 000 arbres pour lutter contre les îlots de chaleur et de restaurer les berges publiques.

À terme, la Ville prévoit également créer cinq «corridors verts», d’une longueur totale de 110 km, qui relieront les parcs et les milieux de vie.

«Le plan fera en sorte que les générations futures pourront bénéficier de cette même chance et on va leur fournir des opportunités inégalées pour profiter de la nature en ville», a ajouté Mme Plante.

Elle espère que le plan qu’elle propose permettra de doter Montréal d’espaces verts qui deviendront iconiques à l’international, au même titre que les espaces verts Stanley Park à Vancouver et Central Park à New York.

Des sommes de 290 millions $ pour l’acquisition de milieux naturels et de 282 millions $ pour la forêt urbaine sont notamment prévus.

Aucune date n’est cependant fixée quant à la réalisation des différents éléments du plan.

«On est en planification. Il est trop tôt pour dire un échéancier précis. Mais sur une période de 10 ans, ils seront entamés ou réalisés», a promis Robert Beaudry, responsable des grands parcs et du parc Jean-Drapeau au sein du comité exécutif de la Ville.

Le Conseil régional de l’environnement de Montréal (CRE-Montréal) a salué le plan présenté par la Ville.

«L’ampleur des défis pour atteindre les cibles met en lumière la nécessité d’un engagement de l’ensemble de la collectivité montréalaise et des gouvernements du Québec et du Canada», a déclaré par communiqué Emmanuel Rondia, directeur général du CRE-Montréal.

L’organisation s’est notamment réjouie de l’annonce de la création du réseau de corridors verts, ainsi que de la volonté de créer un pôle nature dans l’Est.

«L’est de Montréal est en pleine effervescence actuellement. Nous devons saisir chaque occasion pour consolider la place de la nature et ainsi inscrire durablement la vision d’une trame verte sur laquelle vient s’appuyer tout projet de développement», a ajouté Charles Bergeron, responsable Développement urbain durable au CRE-Montréal.