/finance/homepage

Travailleurs étrangers temporaires: Boulet tire sur Ottawa

Photo d'archives, Stevens LeBlanc

Le ministre du Travail, Jean Boulet, accuse Ottawa « de dormir au gaz » depuis des années dans le dossier des travailleurs étrangers temporaires (TET) et se dit prêt à rapatrier ce programme au Québec s’il le faut.

• À lire aussi: Pénurie de main-d’œuvre: les employeurs se disputent les travailleurs

« Depuis mon assermentation, j’ai eu des discussions, des rencontres, j’ai travaillé avec mes collègues [...], mais quand vient le temps d’agir, c’est là qu’Ottawa dort au gaz », a confié en entrevue au Journal Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité (MTES).

Transformation alimentaire, manufacturier, tourisme... alors que nos entreprises peinent à recruter leur main-d’œuvre, la complexité du programme fédéral vient mettre des bâtons dans les roues des PME, déplore le ministre. 

Prêt à rapatrier le programme

« On est même prêt à s’en occuper, du programme des travailleurs étrangers temporaires (TET), et le rapatrier au Québec », ajoute-t-il au bout du fil.

D’après Jean Boulet, Ottawa devrait simplifier au plus vite les demandes et assouplir le seuil de 10 % du programme des travailleurs étrangers temporaires (TET) pour permettre aux entreprises de recourir plus à ces travailleurs.

« C’est vraiment urgent », insiste-t-il. 

Près d’une entreprise sur deux refuse des contrats en raison du manque de main-d’œuvre, selon un sondage du Conseil du patronat (CPQ) d’avril dernier.

Plus de 42,8 % des patrons d’entreprise estiment que l’immigration peut être la solution, bien avant la formation (30 %), l’innovation et la robotisation (14,9 %) et le recours aux bassins non traditionnels de travailleurs (12,3 %).

« Long », « coûteux », « compliqué »... le ministre québécois du Travail ne mâche pas ses mots à l’endroit du programme actuel, qui ne remplirait pas ses promesses selon lui. « Ça n’a pas de bon sens », laisse-t-il tomber.

« Il y a beaucoup de PME au Québec qui n’ont pas de département de ressources humaines et qui sont rendues à consulter des conseillers juridiques et des experts en immigration temporaire. Ça ne marche pas », illustre-t-il.

Au cabinet, on donne l’exemple de l’agroalimentaire, qui avait besoin de 1555 personnes en agriculture et 3295 en transformation, il y a deux ans, et qui verrait ses ventes exploser avec un meilleur accès à ce bassin d’employés.

« C’est important pour moi aujourd’hui, d’interpeller directement Ottawa. Je sens que ce n’est pas une priorité à Ottawa », conclut Jean Boulet. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.