/regional/quebec/quebec

Projet Laurentia: quelques centaines de manifestants demandent l’appui du député Duclos

Des centaines de personnes ont marché devant les bureaux du député fédéral Jean-Yves Duclos pour l’inciter à «planter le dernier clou dans le cercueil» du controversé projet Laurentia, samedi après-midi. 

• À lire aussi: Projet Laurentia: le BAPE est nécessaire, selon le PQ

• À lire aussi: Projet Laurentia: le Port insiste sur l’impact minime sur la qualité de l’air

• À lire aussi: Ville de Québec: cinq projets à surveiller en 2021

«Il me semble qu’en 2021, un projet qui vise à remblayer un écosystème complet comme le fleuve pour agrandir un secteur industriel qui aura des impacts majeurs sur la population et l’environnement, c’est insensé , lance la porte-parole de l’initiative citoyenne de vigilance du Port de Québec, Véronique Lalande, co-organisatrice de la marche.

Photo Didier Debusschère

Photo Didier Debusschère

Dans les derniers mois, l’Agence d’évaluation d’impact environnemental a produit un rapport préliminaire mentionnant que le projet Laurentia aurait des «effets environnementaux résiduels négatifs importants directs et cumulatifs». Notamment, sur le poisson, son habitat, la qualité de l’air et la santé humaine. 

Santé Canada, Environnement Canada et Pêches et Océan Canada ont ensuite donné leur aval concernant les conclusions du rapport. Toutefois, le ministre fédéral de l’environnement, Jonathan Wilkinson, doit rendre sa décision le 10 juin.

Photo Didier Debusschère

Photo Didier Debusschère

Coup de grâce  

Les opposants demandent au député fédéral de Québec et président du Conseil du Trésor, Jean-Yves Duclos, de leur donner son appui en refusant «clairement et définitivement» le projet.

«Il n’y a pas d’acceptabilité sociale pour Laurentia et monsieur Duclos doit lui donner le dernier coup de grâce», tranche Simon Parent, membre fondateur de la Table citoyenne Littoral Est. 

Photo Didier Debusschère

Photo Didier Debusschère

Mme Lalande estime quant à elle que ce secteur pourrait être plutôt utilisé pour redonner au quartier une «vitalité qu’on lui a volée depuis des années».