/finance/realestate

Flambée des formations en courtage

Courtier immobilier

Clara Loiseau / JdeM

La frénésie autour du secteur de l’immobilier se ressent jusque sur les bancs des écoles de formation, qui ont vécu un bond important des demandes de Québécois voulant changer de carrière pendant la pandémie.

• À lire aussi: Plus de plaintes concernant les courtiers immobiliers

« Ça fait quelques années qu’on sent une croissance, mais en 2020, ça a clairement dépassé nos attentes ou même nos évaluations. Les inscriptions pour le programme de courtage immobilier résidentiel ont grimpé de 50 % en 2020 », explique Sonia Béliveau, directrice générale du Collège de l’immobilier, à Montréal.

Avec la pandémie, les écoles qui, comme la sienne, offrent un programme de formation de base en courtage immobilier ont toutes connu une hausse importante de la demande.

L’engouement est tel que l’établissement que dirige Mme Béliveau a ajouté plusieurs plages horaires pour répondre à la demande.

À l’Académie de l’Entrepreneurship, à Montréal, le constat est semblable, confirme sa directrice, Catherine Fortier. En 2020, l’établissement a connu une hausse de la demande d’environ 30 %.

Changement de carrière 

Pour Philip Demers, 43 ans et propriétaire depuis 20 ans du restaurant Le Saloon, rue Sainte-Catherine---, à Montréal, la crise sanitaire lui a donné le « coup de pied » pour se lancer.

« L’immobilier, ça a toujours été une passion, et j’y pensais déjà comme un plan B. Là, avec la pandémie, j’en ai profité pour suivre la formation en ligne de l’Académie et maintenant j’attends de passer l’examen de certification en juillet », explique celui qui est en train de vendre son restaurant.

De son côté, Karine Bardagi, 52 ans, vient tout juste de terminer sa formation et attend son permis d’exercice. Après avoir travaillé pendant cinq ans en architecture, puis 25 ans dans le design de la mode, elle a décidé de poursuivre son aventure professionnelle en se lançant elle aussi dans le courtage.

Pour Catherine Fortier, c’est notamment parce qu’on entend beaucoup parler d’immobilier ces temps-ci que les gens sont attirés.

« Mais c’est aussi un métier qui est accessible, nos attestations sont données après quatre à six mois de formation suivant le modèle choisi », ajoute-t-elle.

2021 au même rythme 

Pour obtenir leur permis, tous les aspirants courtiers doivent suivre une formation de base dans un établissement reconnu par l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ), puis passer un examen de certification, dont les inscriptions ont aussi drastiquement bondi.

« Si on compare janvier 2021 par rapport à janvier 2020, on a une hausse de 67 % [des inscriptions], et en février c’est une hausse de 43 %, c’est vraiment notable », affirme Me Christine Champagne, vice--présidente encadrement pour l’OACIQ.

Tous ceux interrogés par Le Journal sont d’avis que l’année 2021 sera aussi achalandée dans ce secteur.

« Le premier trimestre [de 2021] garde le même rythme de croisière et je crois que c’est un métier qui va rester d’intérêt. On sent un engouement, même auprès des jeunes », déclare Sonia Béliveau.

Malgré tout, le marché ne sera pas saturé de courtiers immobiliers, renchérit Catherine Fortier.

« Pour l’instant, nous étions plus en situation de pénurie, puisque beaucoup de courtiers allaient partir à la retraite. Mais c’est sûr que si l’engouement dure cinq ans, on aura peut-être une saturation », conclut-elle.