/regional/montreal/montreal

Manifestation surprise des travailleurs du secteur public au centre-ville de Montréal

Quelques centaines de travailleurs du secteur public provenant ont perturbé, mardi midi, les activités du Centre du commerce mondial, qui abrite notamment les ministères des Finances, du Commerce et de l’Enseignement supérieur au centre-ville de Montréal. 

«Face au gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) qui, depuis plusieurs mois, choisit de détourner le regard de la réalité vécue par la majorité des travailleuses et des travailleurs des services publics, les organisations syndicales joignent leurs voix pour réclamer davantage de ressources et un rehaussement des conditions de travail du personnel de l'État», ont déclaré la CSN, la CSQ, l’APTS, la FTQ, le SFPQ et le SPGQ dans un communiqué de presse conjoint.

Pour les leaders des syndicats présents au rassemblement, le mépris à l’endroit des travailleuses et des travailleurs des services publics a assez duré. «Les propos du ministre Christian Dubé confirment l’indécence : le gouvernement instrumentalise la crise de la pandémie dans le contexte des négociations en suspendant plusieurs pans des conventions collectives dans les réseaux publics», ont-ils indiqué.

En plus de cette déclaration du ministre Christian Dubé la semaine dernière, qui souhaitait maintenir l’état d’urgence sanitaire qui octroie des pouvoirs extraordinaires au gouvernement jusqu’à la signature d’une nouvelle entente avec les syndicats représentant les employés de l’État, la récente campagne publicitaire du gouvernement a mis le feu aux poudres.

«La publicité trompeuse du gouvernement est à son image : un marketing de façade qui ne se traduit pas en actions concrètes pour les services à la population. Le 8 % d’augmentation vanté par le gouvernement est une vue de l’esprit qui comporte plusieurs montants forfaitaires non récurrents dont les travailleuses et les travailleurs ne veulent pas. C’est bel et bien 5 % d’augmentation salariale sur trois ans qu’il offre; et c’est nettement insuffisant», ont-ils ajouté.

Les conventions collectives des secteurs public et parapublic sont échues depuis un an.