/news/coronavirus

Origine de la COVID: Biden veut un rapport des services de renseignement sous 90 jours

Le président des États-Unis Joe Biden a appelé mercredi les services de renseignement américains à «redoubler d'efforts» pour expliquer l'origine de la COVID-19 et exigé un rapport d'ici 90 jours.

• À lire aussi: Théorie de fuite d'un labo: Pékin fustige le «complotisme» de Washington

• À lire aussi: Origine de la COVID-19: la théorie du laboratoire chinois relancée aux États-Unis

• À lire aussi: Pressions à l’OMS pour poursuivre l’étude sur l’origine de la COVID-19

Longtemps balayée d'un revers de main par la plupart des experts, la théorie d'un accident de laboratoire à Wuhan, en Chine, est revenue en force ces dernières semaines dans le débat américain.

Joe Biden rappelle que les travaux du renseignement américain, qui se concentrent sur deux hypothèses - originale animale ou fuite d'un laboratoire - n'ont pas permis à ce jour d'aboutir à «une conclusion définitive».

«Les États-Unis continueront à travailler avec leurs partenaires à travers le monde pour faire pression sur la Chine afin qu'elle participe à une enquête internationale complète, transparente, et basée sur des preuves», a ajouté, le président américain, déplorant l'attitude de Pékin sur ce dossier.

Quelques heures avant la diffusion du communiqué de Joe Biden, Pékin a accusé mercredi Washington de diffuser des théories «complotistes» sur les origines de la pandémie. 

 Écoutez la chronique de politique américaine de Luc Laliberté à QUB radio 

La Chine a toujours farouchement combattu la théorie selon laquelle la COVID-19 aurait pu s'échapper d'un de ses laboratoires, en particulier de l'Institut de virologie de Wuhan, pointé du doigt par l'ex-administration Trump.

Cette semaine, un article du Wall Street Journal (WSJ) a relancé les spéculations aux États-Unis, tandis que les appels en faveur d'une enquête plus approfondie se multiplient, y compris au sein de la communauté scientifique.

Après un séjour de quatre semaines à Wuhan en début d'année, une étude conjointe d'experts de l'OMS et chinois avait jugé en mars «extrêmement improbable» un accident de laboratoire.

Les premiers cas de COVID-19 ont été identifiés fin 2019 à Wuhan, avant que le virus ne se répande à la surface du globe et n'emporte près de 3,5 millions de personnes.