/finance/homepage

Malgré l’augmentation du recyclage, Il y a de plus en plus de déchets au Québec

Depuis les dernières années, les Québécois recyclent davantage, mais malgré tout, les sites d’enfouissements accueillent plus de déchet qu’auparavant.

• À lire aussi: Recyclage : Vers une solution pour les masques jetables

• À lire aussi: Valorisation des plastiques contaminé: nouvelle acquisition pour Soleno

• À lire aussi: Matières résiduelles: Québec octroie 14 M$ pour trouver des débouchés

«Ce qu'on regarde, si l'on retourne 30 ans en arrière, historiquement, par année, le Québec acheminait environ quatre millions de tonnes de matières vers les lieux d'enfouissement. Aujourd'hui, malgré tous les efforts que l'on fait, et on a augmenté de façon incroyable la récupération, avec l'avènement de nouvelles filières, mais en dépit de tout ça, on achemine collectivement 1,5 million de tonnes de plus par année», mentionne Martin Dussault directeur des affaires publiques chez Waste Management.

Selon le directeur, cette augmentation est expliquée en partie en raison de la croissance démographique.

«On en fait moins, historiquement, individuellement, mais on est plus à en faire. Malheureusement, au cours des cinq dernières années, il y a eu une croissance de 1% par année, alors c'est pour ça qu'on dit que, collectivement, on doit inverser certaines tendances, et la façon de le faire», souligne Martin Dussault.

Un changement doit être fait selon lui au niveau industriel. Un changement à ce niveau pourrait montrer la voie à suivre à tous les citoyens.

«Chacune des adresses industrielles, commerciales, institutionnelles soit dotée, d'ici 2025, d'une collecte des matières recyclables et compostables, pour être en mesure d'infléchir cette tendance», explique le directeur des affaires publiques.

Rappelons qu’il y a encore des résidences qui n’ont pas de bac pour le recyclage ni pour le compostage.

Respecter l’environnement

Opérer un lieu d'enfouissement, en 2021, en respectant toute la réglementation environnementale implique de gros investissements

«Ce sont des investissements colossaux, avoir toutes les technologies en place, autant pour le captage, la valorisation des gaz, le traitement des eaux, la valorisation de celles-ci, s'assurer d'un suivi environnemental. Et si l'on veut demeurer toujours à la page de l'innovation technologique, évidemment, on s'assure d'avoir les meilleurs cerveaux, les meilleurs scientifiques qui travaillent pour nous. L'expertise, on l'a développée au fil des années, mais il y a un coût à ça, alors on travaille à raffiner nos méthodes», mentionne Martin Dussault directeur des affaires publiques chez Waste Management.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.