/news/politics

Origines de la COVID-19: Trudeau soutient les recherches des États-Unis

Justin Trudeau a indiqué jeudi que son gouvernement soutenait les États-Unis dans leur démarche pour approfondir les recherches sur les origines réelles de la COVID-19.

• À lire aussi: Origine de la COVID: Biden veut un rapport des services de renseignement sous 90 jours

• À lire aussi: Théorie de fuite d'un labo: Pékin fustige le «complotisme» de Washington

• À lire aussi: Origine de la COVID-19: la théorie du laboratoire chinois relancée aux États-Unis

«Depuis le début de la pandémie, nous avons travaillé avec la communauté internationale afin de trouver des réponses, donc nous soutenons l’appel des États-Unis et d’autres [pays] pour mieux comprendre les origines de la COVID-19, non seulement pour nous assurer de l’imputabilité, mais aussi pour être certains de bien comprendre comment mieux protéger le monde à l’avenir de quelconque pandémie du genre», a déclaré le premier ministre jeudi.

Le président américain Joe Biden a demandé à ses services de renseignement cette semaine de redoubler d’efforts dans l’enquête sur les origines de la COVID-19. Les résultats de cette enquête seront rendus publics, a-t-il précisé jeudi.

Dans les dernières semaines, la théorie selon laquelle le Sars-CoV-2 (le virus responsable de la maladie) se serait échappé de l’Institut de virologie de Wuhan est revenue à l’avant-scène après avoir été écartée par une majorité d’experts de la scène internationale.

«Je sais qu’il y a beaucoup de théories qui circulent, mais nous devons nous assurer d’en arriver à une démonstration complète des faits pour bien comprendre ce qui s’est passé et pour nous assurer que cela n’arrive plus jamais», a ajouté le premier ministre.

Un débat politique

Le débat entourant la théorie du virus créé en laboratoire n’est pas que scientifique, mais est aussi hautement politique.

Lorsque les conservateurs ont confronté le premier ministre Trudeau sur la responsabilité de l’État chinois, celui-ci a répondu en insinuant que les conservateurs participaient indirectement à la stigmatisation des Canadiens d’origine asiatique, ou alors qu’ils contribuaient au sentiment anti-asiatique.

«Lorsque le premier ministre Trudeau affirme que toute critique à l’égard du gouvernement chinois est un acte de racisme anti-asiatique, il contribue aux efforts de propagande des dirigeants communistes chinois, a déclaré par communiqué. L’objectif de Beijing est de faire croire que les critiques légitimes contre le gouvernement chinois ne sont rien d’autre que de l’intolérance envers toute personne d’origine chinoise», ont déclaré par communiqué Michael Chong, porte-parole conservateur en matière d’Affaires étrangères, et Kenny Chiu, porte-parole en matière de diversité, de l’Inclusion et de la Jeunesse.

L’OMS juge «hautement hypothétique» la théorie du virus créé en laboratoire, mais estime aussi que les preuves de l’origine animale ne sont toujours pas établies de manière satisfaisante.

La théorie qui semblait circuler le plus depuis le début de la pandémie était l’infection par transmission animale, qui se serait déroulée au marché à air libre de Wuhan. La chauve-souris et le pangolin ont tous deux été montrés du doigt.

Selon la Chine, la valorisation de la théorie du virus créé en laboratoire est l’œuvre du renseignement américain, dont la Central Intelligence Agency (CIA), une organisation avec «historique notoire» en termes de «mensonges».

Lundi dernier, la Chine démentait une information parue d’abord dans le «Wall Street Journal» indiquant que trois chercheurs de l’Institut de virologie de Wuhan eurent été infectés par la COVID-19 dès la fin 2019, avant même que la Chine eût révélé le 31 décembre 2019 l'existence d'un foyer de cas de pneumonie à Wuhan à l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.