/news/coronavirus

Restos et bars ont hâte de vous voir

Les restaurateurs sont fin prêts pour la grande réouverture des terrasses aujourd’hui, même si le recrutement de nouveaux employés n’a pas été une mince tâche. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: «C’est grâce à vous si nous sommes passés au travers»

• À lire aussi: Jour de déconfinement: ce qu’il faut savoir

« On dit toujours à la blague en restauration qu’il faut travailler huit jours par semaine, mais en ce moment, je dirais que je dois travailler 10 jours sur sept ! » illustre David Zaltzman, copropriétaire du restaurant Notre Bœuf de Grâce, sur l’avenue Mont-Royal. 

David Zaltzman, restaurateur

Photo Étienne Paré

David Zaltzman, restaurateur

Jean-François Fournier, directeur général du restaurant le Majestique, sur Saint-Laurent, ne chôme pas non plus. Rien toutefois pour atténuer son enthousiasme à l’idée de recommencer à faire ce qui le passionne. 

« Ça va être festif. On a hâte d’ouvrir », s’exclame-t-il, huit mois après que les restaurateurs ont été contraints de cesser le service aux tables. 

Recrutement difficile  

La plupart se sont recyclés dans les plats à emporter, mais ils ont tout de même dû procéder à des mises à pied massives. Aujourd’hui, une bonne partie de ces travailleurs se sont orientés vers d’autres secteurs, ce qui rend le recrutement difficile. 

Le Comptoir 400, dans le Vieux-Montréal, a même été forcé de revoir ses plans en conséquence pour ce soir. 

« Notre terrasse sera environ à 25 % de sa capacité, alors que les règles sanitaires nous permettraient d’aller jusqu’à 50 % », indique le propriétaire de la pizzéria, Sacha Brand, qui ne s’en plaint pas toutefois. 

M. Brand préfère démarrer lentement afin d’éviter d’être débordé et de devoir jouer à la police avec les clients. 

Car même si le couvre-feu sera chose du passé dès ce soir, les mesures sanitaires restent en place sur les terrasses.

Prudence  

Déjà jeudi, quelques clients du Gros Luxe de Longueuil avaient essayé de contourner les règles en réservant des tables pour quatre personnes de bulles familiales différentes. 

« Il faut suivre les règles pour être sûr de ne pas créer une éclosion, rappelle le copropriétaire de l’endroit, Gérôme Paquette. On a été fermé trop longtemps pour prendre un risque. »

La prudence est aussi le mot d’ordre au Lola Rosa, dans le Mile End, où moins de 24 heures avant le Jour J, on s’empressait de repeinturer la terrasse. 

« On n’est pas prêts, mais on le sera, d’une manière ou d’une autre », rigole le propriétaire, Éric Bieunais, avec un sourire que l’on devine derrière son masque.  

– Avec l’Agence QMI 

Ça risque de ne pas être parfait, mais...  

Une petite laine

Ouverture terrasse

Photo Roxane Trudel

On attend du beau temps, mais du temps frais, donc il faudra prévoir une petite laine pour ses soupers en terrasse durant la fin de semaine, prévient André Cantin, météorologue chez Environnement Canada.

À la pizzéria Comptoir 400, dans le Vieux-Montréal, pas question de prêter des couvertures aux clients incommodés par la fraîcheur, alors que le virus et ses variants guettent toujours.  

Même son de cloche au Bowhead Pub, sur Saint-Laurent à Montréal. 

« À cause du virus [...] on demande aux gens de s’habiller correctement », plaisante le chef, George Lennox. La terrasse est cependant recouverte, pour faire face aux éventuelles intempéries. 


Ça sera pas long... 

Ouverture terrasse

Photo Roxane Trudel

Certains restaurateurs n’étaient pas tout à fait prêts à accueillir des clients en terrasse et préfèrent attendre quelques jours pour s’assurer d’être fin prêts. 

« Ce matin, on a reçu le permis pour la terrasse, et on attend le permis d’alcool. Ça prend 24 à 72 heures. J’ai mis une croix sur cette fin de semaine », explique Philippe Haman, propriétaire de la Distillerie, rue Saint-Charles, à Longueuil.

De toute façon, Longueuil sera en zone orange dès lundi, précise-t-il, donc il sera en mesure de mieux former sa trentaine de nouveaux employés pour ses quatre établissements. 


Prêts depuis 8 mois

Ouverture terrasse

Photo Roxane Trudel

Malgré les 15 mois de misère, L’Gros Luxe, rue Saint-Charles, à Longueuil, a décidé de tourner la pandémie à son avantage en offrant un menu brunch pour ouvrir plus tôt et maximiser ses journées. 

« On est prêt, on a hâte, ça fait huit mois qu’on est fermé. On s’est reviré de bord rapidement, souligne Gérôme Paquette, copropriétaire du restaurant. On a profité de ce temps-là pour arriver avec une expérience encore mieux qu’avant. »

La terrasse du restaurant pourra accueillir une trentaine de personnes. 


Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.