/news/coronavirus

L’engouement ne se dément pas pour AstraZeneca à Québec

Pierre-Paul Biron

L’engouement pour les deuxièmes doses du vaccin AstraZeneca ne s’estompe pas à Québec. 

• À lire aussi: COVID-19 à Québec: moins de 50 cas pour le passage au palier orange

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Après s’être envolé rapidement lors des deux journées sans rendez-vous qui se sont tenues ce weekend à L’Ancienne-Lorette, le vaccin a provoqué une ruée massive vers ExpoCité lundi, où les plus décidés se sont pointés à l’aube.

Selon les témoignages récoltés par le Journal, les premières personnes se sont présentées à la clinique du Centre de Foires dès les environs de 4h30 lundi matin. Rapidement, une longue file d’attente s’est formée et entre 6h et 7h, elle s’étirait jusque dans le stationnement arrière de l’immense bâtiment.

En fait, l’attente était telle qu’elle en a découragé certains, comme Conrad Chabot qui est retourné à la maison.

«Je suis retourné de bord, ça n’avait pas de bon sens», raconte l’homme qui est finalement revenu vers 10h30, une bonne décision. «J’ai bien fait, ça fait 5 minutes et je suis sur le bord de rentrer, ça va pas mal plus vite», se réjouissait-il.

Heureux malgré l’attente

C’est pourtant l’appel que le CIUSSS avait lancé la semaine dernière. Rien ne sert de se présenter aux aurores, il y aura suffisamment de fioles pour l’ensemble des gens visés par cette vaccination réservée à ceux ayant reçu une première dose avant le 3 avril.

Mais plusieurs voulaient être sûrs de mettre la main sur une dose. C’est le cas de Denise Sirois, qui a attendu deux heures lundi matin. «La file était longue, mais une fois rendus, il fallait qu’on ‘’tough’’. On voulait être certain de l’avoir», confie la dame.

Même chose pour Alphonse Hallé et Laurette Latulippe, qui sont arrivés vers 9h au Centre de Foires et qui quittaient, deux heures plus tard. Le couple s’était présenté à L’Ancienne-Lorette samedi matin, mais n’avait pu recevoir son vaccin.

Pierre-Paul Biron

«C’était l’enfer samedi matin, on n’a pas pu rentrer. À 7h15, il était déjà trop tard. On a décidé de venir vers 9h ce matin et c’était parfait», racontent-ils.

Malgré cette attente, la plupart des gens ressortaient avec ce qu’on devinait être un grand sourire sous le masque. Avec deux doses, c’est maintenant «dossier réglé» pour eux.

«Ce qu’on voulait c’était avoir la deuxième dose au plus vite, c’est ça qui comptait», insistait Pauline Gaudreault à sa sortie du centre de vaccination où elle a pu devancer sa deuxième dose de six semaines. «L’attente de tout à l’heure n’est plus qu’un lointain souvenir quand on ressort vaccinés».

«De toute façon, il ne faisait pas assez beau pour aller jouer au golf», ajoutait en riant son mari Denis Valois.

Pas d’hésitation

Cet engouement des derniers jours démontre que la mauvaise réputation qu’a pu traîner le vaccin d’AstraZeneca n’a pas effrayé les gens de Québec outre mesure.

Lundi matin, les gens rencontrés par le Journal affirmaient ne pas avoir hésité avant d’accepter leur deuxième dose avec ce vaccin, et ce, même si le gouvernement leur offrait la possibilité de la prendre avec Pfizer ou Moderna.

«On n’a pas eu de symptômes la première fois, ça avait bien été», explique Pauline Gaudreault, qui se disait bien d’accord avec la maxime selon laquelle «on ne change pas une formule gagnante».

Le risque d’effets secondaires plus importants avec un changement de vaccin entre les deux doses expliquait aussi la décision de plusieurs. «On a pas eu de problème la première fois, ça devrait bien aller encore», se disait Marcel Pépin.

AstraZeneca : Un succès à Québec

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale avait prévu 560 doses à L’Ancienne-Lorette pour le weekend et elles se sont envolées rapidement. Au rythme où allait les choses en matinée, les 6000 prévues pour lundi et mardi à ExpoCité ainsi qu’à l’Université Laval risquent fort probablement de subir le même sort.

Au total, 50 000 personnes ont reçu le vaccin AstraZeneca en première dose dans la région de Québec. Le CIUSSS de la Capitale-Nationale a ouvert la porte au cours des derniers jours à tenir le même genre de journée en sans rendez-vous pour la deuxième dose de ceux ayant reçu le vaccin après le 3 avril.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.