/finance/homepage

Les notaires mettent en garde contre les testaments en ligne

Judge gavel with Justice lawyers having team meeting at law firm in background. Notary with client in office

Natee Meepian - stock.adobe.com

Se tourner vers des formulaires en ligne proposant de se créer un testament rapidement et à moindre coût peut être tentant, mais ne représente pas le même niveau de sécurité qu’un document notarié plus classique, ont averti lundi des associations de notaires. 

• À lire aussi: Mettre à jour son testament, c’est pas si compliqué à faire

• À lire aussi: Comment réagir quand le prix d’une maison explose d’un coup

Plutôt que d’opter pour un passage devant le notaire, plusieurs internautes optent désormais pour des formulaires en ligne qui peuvent être remplis en à peine quelques minutes. Certains sites internet proposent même de faire notarier officiellement ces testaments autoproduits en les transmettant à la Chambre des notaires du Québec.

«La force de l'acte notarié ne réside pas dans le document, mais plutôt dans tout le processus d'accompagnement du client pour mener à cet acte», a toutefois averti la présidente de la Chambre des notaires du Québec, Hélène Potvin.

Un document complexe à préparer 

Selon elle, les Québécois ne réalisent pas toujours la complexité que peut représenter la préparation d’un testament.

«Familles reconstituées, chalet acheté avec des amis, entreprise démarrée par un groupe d'amis, dont certains mariés et d'autre pas : d'un point de vue légal, les situations sont aujourd'hui plus complexes qu'elles ne l'étaient auparavant, d'où l'intérêt de recourir à un accompagnement par un notaire», a plaidé Mme Potvin.

Outre la question de la préparation du testament, les notaires font aussi valoir qu’un document dûment préparé sera conservé dans une voûte sécurisée.

Par contre, en ligne, les internautes ne savent pas trop ce qu’il advient de leurs données sensibles, tandis que la question de la gestion des documents numériques lors de la fermeture d’un site internet n’est pas claire.

«La situation est préoccupante, surtout dans un contexte où on entend régulièrement parler de fuites de données confidentielles», a souligné Mme Potvin.

Dans la même catégorie