/news/tele

«Si on s’aimait»: une semaine de voyages

La fin approche pour les participants de «Si on s’aimait» qui, cette semaine, se découvrent au cours de petits périples aux quatre coins du Québec. Une occasion supplémentaire de découvrir leurs personnalités et leurs manières d’interagir au sein d'un couple.

• À lire aussi: «Si on s’aimait», succès de l'heure à la télé

• À lire aussi: «Si on s’aimait»: un deuxième livre à l’image de la nouvelle saison

• À lire aussi: Émily Bégin et Guillaume Lemay-Thivierge: «On a pleuré de rire!»

Sébastien et Gabriel explorent les Îles-de-la-Madeleine avec toujours la même intensité, alors que Brigitte et Sylvain ont finalement plus de plaisir qu’ils auraient cru dans Charlevoix. «Le fait d’être en voyage aplanit un peu les aspérités qu’il pourraient y avoir entre les gens, explique la productrice Anne Boyer. Cette semaine, ça se passe plutôt bien en voyage, même si les gens restent qui ils sont. Et la semaine prochaine, ce sera la conclusion de l’aventure. Ça fait quand même plusieurs semaines qu’on les voit évoluer, on sait à qui on a affaire.»

Si le potentiel amoureux entre les participants n’est pas toujours évident, cela ne dérange pas la productrice. «Le but de "Si on s’aimait" est d’abord et avant tout d’apprendre à se connaître soi-même, et c’est difficile de faire ce travail si on n’est pas en relation avec quelqu’un. On ne fait pas la promesse qu’ils vont former un couple. L’idée est vraiment de pouvoir cheminer avec quelqu’un pendant plusieurs semaines et d’apprendre sur ses "patterns" et sur sa façon d’agir.»

Des bémols

Les téléspectateurs qui suivent religieusement ce docu-réalité de TVA sont nombreux à ne plus savoir quoi penser du couple Amélie et Guillaume, qui se sont quand même rendus jusqu’à l’étape du voyage.

Anne Boyer insiste pour dire que personne n’a été contraint de rester dans l’émission. «Ceux qui veulent quitter l’émission, c’est leur choix et ils peuvent le faire quand ils le veulent. Les participants ne sont forcés de rien. Quand ils font les choses, c’est de leur plein gré. On peut se demander pourquoi Amélie reste encore dans cette aventure, mais c’est certainement parce qu’elle apprend beaucoup sur elle-même.»

Selon la productrice, Amélie est une des participantes qui a fait un chemin incroyable dans les dernières semaines. «Je ne sais pas si Guillaume a appris quelque chose. Ce n’est pas quelqu’un qui s’ouvre facilement, mais j’espère. Néanmoins, aucun des deux n’a demandé de quitter l’émission. Je pense qu’ils veulent aller au bout de l’expérience.»

L’émission se termine le 10 juin prochain, et il faut rester à l’écoute jusqu’à la fin, selon Anne Boyer. «Je pense que voir évoluer ces gens-là, c’est vraiment intéressant, et on va encore apprendre sur nous-mêmes avec les enseignements de Louise.»

Troisième saison

«Si on s’aimait» reviendra l’année prochaine à TVA pour une troisième saison. «On a commencé les tournages, indique Anne Boyer. On va être encore quatre jours par semaine, mais sur 12 semaines. Ça va être plus long, et on aura cette fois-ci quatre couples.»

La productrice avoue d’ailleurs que la sélection des participants a été beaucoup plus facile, car plus de gens se sont manifestés pour participer à l'émission.

«Si on s’aimait» est diffusée du lundi au jeudi, à 19 h, à TVA.