/finance/homepage

Le milieu avicole supplie Exceldor et ses syndiqués de reprendre l’abattage

Plusieurs associations du milieu avicole supplient Exceldor et leurs syndiqués à reprendre l’abattage «de façon à éviter que d'autres euthanasies de volailles à la ferme surviennent.»

• À lire aussi: «C’est honteux pour l’industrie», dit un éleveur de poulets

• À lire aussi: Exceldor: le cap des 500 000 poulets euthanasiés bientôt franchi

• À lire aussi: Vers une pénurie de poulet au Québec

«L'arrêt des activités d'abattage de l'usine qui sévit depuis le 23 mai 2021 fragilise ainsi l'approvisionnement de poulets pour les consommateurs. Elle a également amené l'ensemble des intervenants de la filière à revoir la planification de leurs activités et à procéder à l'euthanasie à la ferme de plus de 300 000 poulets et 90 000 poules pondeuses à ce jour.»
C’est ce qu’ont déclaré la Fédération des producteurs d'œufs du Québec, les Producteurs d'œufs d'incubation du Québec, les Couvoiriers du Québec, l'Association québécoise des industries de nutrition animale et céréalière et les Éleveurs de volailles du Québec dans un communiqué de presse conjoint, jeudi.
«Dans le souci d'éviter le gaspillage et maintenir la cohésion de la filière avicole, de l'œuf jusqu'au marché, il est nécessaire d'assurer l'approvisionnement de volailles à l'ensemble des Québécois», ont-ils ajouté.
La direction de la coopérative Exceldor a sommé le gouvernement, mardi, d’agir dans le cadre du conflit de travail qui paralyse son usine, forçant les éleveurs à euthanasier leurs poulets.
«Les impacts de la grève sont très préoccupants», a reconnu par écrit le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.