/finance/homepage

Les prix alimentaires atteignent un sommet

L'Organisation des Nations unies a publié un rapport qui indique que les prix alimentaires ont atteint un sommet inégalé depuis dix ans.

• À lire aussi: Une nouvelle usine et des projets d'exportation pour Loop Mission

• À lire aussi: Aliment du Québec ne peut garantir la provenance des produits qui portent son logo

• À lire aussi: Greta Thunberg appelle à changer les habitudes de production et de consommation

Les conditions météo extrêmes qui affectent la production, la consommation chinoise de céréales, qui déstabilise le marché, le prix du carburant sont tous des facteurs qui expliquent ces hausses de prix. 

Ce contexte pose des défis importants à nos distributeurs d'aliments, qui doivent se battre pour les approvisionnements, éviter le gaspillage et négocier les meilleurs prix. 

«C'est toujours un peu difficile, c'est toujours relatif au climat, à la température. Alors, évidemment, si on achète beaucoup de la Californie, puis qu'il y a des problèmes de pluie, de la grêle ou un gel -ça peut arriver-, eh bien, là, ça va augmenter les prix. De l'autre côté, il y a le taux de change. En ce moment, le dollar canadien est plus fort, donc c'est un avantage qu'on peut obtenir. Il n'y a pas de recette magique, puis il n'y a personne qui a une boule de cristal pour le savoir», mentionne Denis Pageau, vice-président chez Courchesne Larose.

La pandémie a amené son lot de problèmes aux distributeurs avec les fermetures temporaires de la majorité des restaurants. Courchesne Larose est l’un des plus gros distributeurs au Canada de fruits et légumes frais.

«Pour nous, il y avait deux niveaux. Il y avait le fait que tous nos gens, nos clients qui font les services alimentaires qui desservent, évidemment, les restaurants et les hôtels, ont eu une perte de revenus importante. Mais, pour nous, ça s'est compensé par plus de ventes chez les détaillants.»

Des jus pour l'environnement

Chez Courchesne Larose, ils ont trouvé une manière assez originale pour récupérer les fruits et légumes qui ne répondent pas aux critères des épiceries.

«Il y a plusieurs années déjà, on se cassait la tête parce qu'on envoyait beaucoup de produits au compostage et même dans des sites d'enfouissement. On a décidé d'aller sur les jus, des jus pressés à froid qui sont très intéressants. Donc, on récupère pas mal. Loop est devenue importante, maintenant, dans le marché» explique Denis Pageau

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.