/regional/quebec/quebec

«Le Mouvement de compassion»: les Augustines marchent pour soutenir les travailleurs essentiels

Après avoir marché pendant 20 jours consécutifs, une heure par jour, l’été dernier, les Sœurs Augustines de Québec ont passé le flambeau à la population afin d’atteindre leur objectif visant à récolter 160 000 $ pour offrir à un prix préférentiel des séjours de répit solidaires aux personnes affectées par la pandémie et qui pourraient avoir besoin de repos.

«Plus que jamais, on entend parler de ce que les travailleurs essentiels font dans le domaine de la santé et de l’éducation, avoir l’occasion d’amasser des sous pour eux et de courir pour la cause et leur offrir des moments de répit, pour moi c’était évident que j’allais le faire. Embarquer mes amis aussi là-dedans. Non seulement les gens voulaient faire des dons, mais ils voulaient aussi courir avec nous, notre équipe, on est super contentes !» a raconté une participante, Geneviève Richard.

Seul ou en équipe, en marchant ou en courant, le public était invité à participer en grand nombre samedi.

«Les personnes pouvaient venir ici au Monastère ou faire ça de chez eux. On voulait vraiment rendre ça accessible», a mentionné Gabriel Léger, qui est agent de développement philanthropique pour la Fiducie des Augustines.

Après avoir privilégié les gens du secteur de la santé et des services sociaux, ainsi que des milieux communautaires, le personnel enseignant s’est fait lancer l’invitation de vivre une expérience de répit au Monastère. Depuis juillet dernier, plus de 1200 séjours de 24 heures ont été effectués par des travailleurs essentiels.

«Par les témoignages qu’on a des personnes qui viennent ici, des infirmières et des enseignants, ils trouvent ça extraordinaire, alors ça nous encourage à amasser des fonds pour pouvoir leur offrir des journées de répit», a confié Sœur Lise Tanguay.

Parmi les huit religieuses vivant au Monastère de la congrégation de Québec, cinq étaient encore suffisamment en forme et en santé pour relever le défi cette année.

«L’année prochaine, on va être encore plus entraînées. Ça va être la troisième année, alors on va en faire davantage... On va doubler notre kilométrage !», a ricané Sœur Lise.

Même si l’activité consistant à parcourir 20 km à relais a eu lieu samedi, la campagne de financement se poursuit jusqu’à la fin de l’année et les dons peuvent être transmis via la plateforme «Je donne en ligne Mouvement de compassion».