/news/coronavirus

Les femmes ressentent plus d’effets secondaires

Les femmes sont jusqu’à huit fois plus nombreuses que les hommes à ressentir des effets secondaires à la suite d’un vaccin contre la COVID-19, selon l’Agence de la santé publique du Canada.

Les femmes comptent pour 82 % des rapports d’effets secondaires acheminés à l’agence fédérale depuis le 21 mai dernier, tous vaccins confondus.

Douleurs, rougeurs, démangeaisons et enflures au bras ainsi que maux de tête sont les effets secondaires les plus souvent rapportés.

Après plus de 20 millions de doses de vaccins administrées, l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a reçu près de 6000 déclarations d’effets secondaires. De ce nombre, plus de 4700 proviennent de femmes.

Dans certains groupes d’âge, comme celui de 40 à 49 ans, elles sont jusqu’à huit fois plus nombreuses à rapporter des symptômes. 

L’ASPC souligne que la même tendance a été observée aux États-Unis et au Royaume-Uni, par exemple.

Plus efficace  

Cependant, le nombre beaucoup plus élevé de femmes qui disent ressentir ces symptômes après le vaccin contre la COVID-19 n’étonne pas les experts.

« Le système immunitaire des femmes a tendance à répondre davantage, peu importe que ce soit une infection ou un vaccin. Mais la contrepartie, c’est que ça a souvent plus d’effets secondaires », précise la Dre Caroline Quach-Thanh, qui préside le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI).

Elle souligne que des études portant sur d’autres vaccins ont démontré que les femmes répondent mieux à l’immunisation.

De plus, les femmes ont tendance à consulter davantage si elles ont un problème de santé, poursuit-elle. Ce qui fait en sorte que les effets secondaires qu’elles peuvent ressentir sont également plus rapportés. 

« C’est bien connu », renchérit le spécialiste en immunologie et virologie de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), Alain Lamarre. 

Il s’agit notamment d’une différence biologique. Si le système immunitaire des femmes a tendance à produire plus d’anticorps, l’envers de la médaille est aussi qu’elles sont plus susceptibles aux réactions à la suite d’un vaccin. Par exemple, les femmes sont aussi plus susceptibles que les hommes à souffrir d’une maladie auto-immune.

Pas dangereux  

« Ce n’est pas dangereux, il faut insister sur le fait que ce sont des effets désagréables, mais qui ne sont pas dangereux. C’est signe que le système immunitaire est en train de montrer une réponse », précise le professeur Lamarre. 

Du même coup, les gens qui ne ressentent aucun effet secondaire ne doivent pas s’inquiéter, poursuit-il. Seule une minorité de personnes vaccinées en rapporteront.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.