/news/faitesladifference

Quarantaine obligatoire: quelle honte Monsieur Trudeau!

aeroport-quarantaine

Hugo Duchaine / JdeM

C’est avec frustration et stupéfaction que j’ai pris connaissance comme tous les Canadiens de la décision dimanche du gouvernement Trudeau de lever l’obligation de quarantaine obligatoire pour les joueurs de la LNH sous prétexte d’«intérêt national», aux dires du ministre Mendicino. Quelle vergogne! 

Depuis le mois de février 2021, quiconque, Canadien ou étranger, entrant au Canada par voie aérienne doit se soumettre à une quarantaine obligatoire de 3 jours dans un hôtel au coût de 2000 $ avant de poursuivre, par la suite, une quarantaine à domicile. Cette mesure prohibitive a été instaurée par le gouvernement fédéral dans un contexte particulier, lorsque des Canadiens partaient par milliers vers des destinations soleil alors que la troisième vague battait son plein au pays. 

Effet dissuasif

Cette mesure de quarantaine obligatoire à l’hôtel n’avait pour unique but que de dissuader nos compatriotes faisant fi des recommandations du gouvernement fédéral de ne pas voyager, de s’envoler vers le Sud. 

L’effet dissuasif fut compréhensible dans un tel contexte et pourrait même être qualifié de nécessaire à l’époque. Effectivement, le gouvernement Trudeau ne pouvait pas rester sans réagir, ne serait-ce que pour l’opinion publique à l’égard de notre premier ministre, déjà très critiqué pour sa gestion tardive de la fermeture des frontières en début de pandémie. Première incohérence, dur à justifier d’un point de vue de la gestion de la contamination, cette mesure ne s’applique pas aux voyageurs arrivant des États-Unis par voie terrestre. 

L’effet positif de cette mesure sur la réduction de la propagation n’a jamais réellement été prouvé. Pire encore, de nombreux témoignages sont ressortis dans les médias faisant état de lacunes dans le respect des mesures sanitaires au sein de nombreux établissements hôteliers désignés par le gouvernement comme site de quarantaine. Il y a fort à parier qu’il était plus sécuritaire pour plusieurs de ces voyageurs de faire leur quarantaine, seul à domicile. 

Un nouveau contexte

Or, plus de quatre mois plus tard, nous sommes dans un tout autre contexte. La situation sanitaire s’améliore quotidiennement au Québec et au Canada et le taux de vaccination progresse à une vitesse épatante : le Canada est dans le palmarès des nations les plus vaccinées sur la planète. 

Je réside aux États-Unis depuis plus de deux ans. Citoyen canadien, pleinement vacciné depuis plusieurs semaines, je suis en processus de déménager au Québec de manière permanente. Or, voilà que la vaccination qui devait être notre salut, la clef pour recouvrer notre liberté, n’est toujours pas suffisante aux yeux du chef d’État pour outrepasser la quarantaine à 2000 $. 

Actuellement, en étant pleinement vaccinés et en tant que ressortissant canadien, je peux me rendre au Mexique, dans de nombreux pays d’Amérique Latine et dans de nombreux pays européens, et ce, sans problème à partir des États-Unis. Or, un des seuls pays où il m’est impossible de rentrer sans défrayer une prohibitive taxe d’entrée de 2000 $ est le pays duquel je suis ressortissant : le Canada. 

Le 27 mai dernier, le Comité consultatif d'experts sur les tests et le dépistage de la COVID-19 recommande au gouvernement Trudeau l’abolition de cette mesure, la jugeant dépassée, coûteuse et inutile dans le contexte actuel. Le premier ministre prend bonne note de la conclusion du rapport, mais n’applique aucun modificatif. 

Or, voilà que toujours basé sur ce même rapport, le gouvernement Trudeau a annoncé dimanche la levée de cette mesure, ainsi que la quarantaine de 14 jours, pour les joueurs de la LNH; pas nécessairement vaccinés, pas nécessairement moins contagieux, mais au combien essentiels aux yeux de notre gouvernement. 

Les simples citoyens n’ont pas la chance, eux, d’avoir une telle levée de restrictions sur la base de ce rapport. Quelle honte monsieur Trudeau!

Allègement graduel des restrictions

Je conviens comme tout le monde que l’adoucissement des restrictions d’arrivées de passagers par voie aérienne doit se faire de manière organisée et graduelle. La gradation d’un tel processus pourrait se déployer, par exemple, par le passage de la quarantaine à l’hôtel à la quarantaine à la maison, puis à l’exigence uniquement d’un test de dépistage négatif à l’arrivée (comme de nombreux pays du G7 font) pour finalement aller à l’admission directe sous preuve de vaccination. 

Cependant, comment pouvez-vous justifier, Monsieur Trudeau, que des citoyens canadiens pleinement vaccinés doivent se soumettre, pour l’instant, à toutes ces mesures qui vont à l’encontre des recommandations du Comité?

Depuis le déconfinement déployé au Québec il y a une dizaine de jours, je lis et je vois des publications de Québécois, jeunes ou moins jeunes, recouvrer leur liberté et se rassembler à nouveau. La situation actuelle de la pandémie au Québec et au Canada, fortement maîtrisée, le permet. 

Bon nombre de ces Canadiens n’ont pas encore reçu leur deuxième dose ou même leur première. Or, comment d’autres citoyens canadiens souhaitant rentrer dans ce même pays et ayant reçu deux doses de vaccins et pouvant présenter un test PCR négatif à l’arrivée sont considérés par le gouvernement Trudeau comme étant LA menace à la nation si on se fie à la panoplie de mesures rédhibitoires actuellement en place?

Soyez logique, soyez cohérent, Monsieur Trudeau, mettez fin à cette mesure absurde!

Mathieu Carrière, Banquier new-yorkais en processus de rapatriement au Québec

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?