/news/currentevents

Attentat anti-musulman à London: quatre morts et un enfant blessé

Une famille musulmane a été décimée à London, en Ontario, dimanche soir, en étant happée par un forcené au volant d’un camion qui aurait volontairement happé ses cinq victimes, dont quatre mortellement.

«Il y a des preuves que cet acte a été planifié, prémédité et motivé par la haine. Nous croyons que les victimes ont été ciblées en raison de leur foi islamique», a confié le chef de la police de London, Steve Williams, lors d’un point de presse.

Les victimes ont été identifiées par des médias locaux, dont le «London Free Press», comme étant Syed Afzaal, 46 ans; sa conjointe Madiha Salman, 44 ans; leur fille Yumnah Afzaal, 15 ans et la mère de M. Afzaal, une femme de 74 ans. Le fils du couple, Faez Afzaal, 9 ans, a quant à lui été grièvement blessé, mais les autorités ne craignaient pas pour sa vie.

Carnage  

La famille prenait tout bonnement une marche dans son quartier, dimanche soir, lorsque l’auteur du drame a foncé vers les Afzaal au volant d’une camionnette Dodge Ram, sur la rue Hyde Park, à la hauteur de la rue South Carriage, avant de prendre la fuite. Le présumé meurtrier a appelé lui-même le 911 environ 25 minutes plus tard et s’est rendu à la police, a raconté le chef Williams.

GLOBAL NEWS/JOE DA PONTE

«Le camion n’a pas ralenti, n’a pas arrêté, il a juste continué sa route», a raconté au «Free Press» un témoin du drame, Lindsay Marshall, qui a vu la scène se produire sous ses yeux.

Un autre témoin, Lena Gabriel, a confié au quotidien avoir vu un premier corps en bordure de route. «La mâchoire m’a décroché et je me suis mis les mains devant la bouche. Puis, quelques mètres plus loin, il y avait un autre corps gisant immobile, et un troisième quelques mètres plus loin, et puis le petit garçon», a-t-elle décrit.

L’auteur présumé du carnage, Nathaniel Veltman, un citoyen de London de 20 ans, fait désormais face à quatre accusations de meurtre prémédité et une autre pour tentative de meurtre. Il a été envoyé en détention après une brève comparution et reviendra en cour jeudi.

L’homme a été arrêté dans un stationnement situé à peine à cinq minutes de route du lieu du drame. Il portait une veste pare-balles lorsqu’il a été interpellé, a révélé la police de London.

Une communauté ébranlée  

Ce drame a évidemment secoué la communauté de London, où vivent environ 30 000 musulmans.

«Que ce soit clair : C’est une tuerie de masse visant des musulmans – des Londonois – enracinée dans une haine innommable [...] Cet acte d’islamophobie doit être suivi par des actes de compassion, de gentillesse, d’empathie, de solidarité, de justice et d’amour», a appelé le maire de London, Ed Holder, après avoir rencontré des leaders de la communauté musulmane de London.

«L’horreur qui a frappé cette famille, la communauté musulmane canadienne et le Canada au complet hier soir est inexplicable. Des humains innocents ont été tués juste parce qu’ils sont musulmans», a renchéri un leader de la communauté, l’avocat Nawaz Tahir, en discutant avec les médias.

«[London] est notre maison et fait autant partie de nous que nous faisons partie d’elle. Cet individu qui fait ce geste ne comprend pas ça», a-t-il ajouté selon des propos relayés par Global News.

Plusieurs politiciens ont aussi réagi au drame, à commencer par le premier ministre Justin Trudeau qui s’est dit «horrifié» et de tout coeur avec les victimes, particulièrement l’enfant toujours hospitalisé.

«À la communauté musulmane de London et aux musulmans de tout le pays, sachez que nous sommes à vos côtés. L’islamophobie n’a sa place dans aucune de nos communautés. Cette haine est insidieuse et méprisable - et elle doit cesser», a-t-il ajouté.

«Je présente mes plus sincères condoléances en ce moment extrêmement difficile. Ce type de haine ignoble et extrême doit être condamné. Un acte terroriste d’islamophobie n’a pas sa place au Canada», a renchéri le chef de l’opposition, Erin O’Toole.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, s’est également dit bouleversé par cette tragédie.

«Une famille musulmane était sortie se promener, comme tant de familles et de personnes l'ont fait dans cette pandémie, et cette famille n'a pas pu rentrer chez elle à cause de la haine. Personne ne devrait jamais se sentir en danger dans sa communauté et son quartier», a-t-il indiqué dans une déclaration commune avec Lindsay Mathyssen, députée néodémocrate de London—Fanshawe.

Le premier ministre québécois, François Legault, et la mairesse de Montréal, Valérie Plante, se sont aussi saisis de leur compte Twitter pour exprimer leurs condoléances.

Cet attentat visant la communauté musulmane n’est pas sans rappeler la tuerie de la mosquée de Québec, le 29 janvier 2017.

Ce soir-là, un tueur motivé par sa haine des musulmans était entré dans l’édifice religieux et avait ouvert le feu, tuant six fidèles réunis pour la prière, avant de prendre la fuite et de finalement appeler le 911 pour avouer son crime.

Dans la même catégorie