/news/society

Canicule: les CHSLD accablés

Joël Lemay / Agence QMI

Les résidences pour personnes âgées sont accablées par la chaleur caniculaire qui a fait monter les thermostats a près de 40 degrés dans les chambres. Une situation qu’a déplorée la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), mardi.

• À lire aussi: Des assouplissements accueillis avec soulagement dans les résidences pour aînés

• À lire aussi: Les CHSLD prêts pour la canicule?

• À lire aussi: Milieux de vie pour aînés: confusion sur la levée de l’obligation de porter le masque

Le portrait actuel dans les établissements de santé n’est pas très beau, a indiqué la présidente de la FIQ-secteur privé, Sonia Mancier, au micro de Benoit Dutrizac, sur les ondes de QUB radio.

Dernièrement, la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, a assuré qu’elle et son gouvernement visaient à mettre en place de la climatisation partout dans les établissements de soins de santé. Or, «on en est loin», a avisé la présidente de la FIQ-secteur privé.

Dans certaines résidences, comme les CHSLD privés qui fonctionnent avec des fonds publics, soit des climatiseurs sont déjà installés, soit des climatiseurs plus puissants ont récemment été ajoutés dans les aires communes, a précisé Mme Mancier.

Dans ce type d’établissement, les bureaux administratifs sont souvent climatisés tandis que les corridors ne le sont pas. Et les zones communes sont souvent trop petites pour accueillir tous les résidents du même coup.

La climatisation dans les chambres, quant à elle, relève de la responsabilité des patients. «C’est à la charge des résidents, c’est eux qui les paient [les climatiseurs], c’est eux qui paient l’installation, a expliqué Mme Mancier. Après, encore faut-il que la résidence soit capable de supporter des climatiseurs supplémentaires».

Avec les bâtiments vétustes et vieillissants, «le système électrique, même avec X génératrices, n’est même pas capable de supporter plus de demandes», a-t-elle ajouté.

À Québec, la situation est problématique, selon la présidente de la FIQ-secteur privé. «On s’équipe très doucement et on faisait état d’un CHSLD où il fait 38 degrés dans les chambres des résidents, parce qu’il n’y a pas de climatiseurs.»

Dans les derniers mois, la question de la ventilation dans les établissements est devenue prioritaire. De nombreux travaux à cet égard quant à l’ajout ou la modernisation des échangeurs d’air ont été effectués dans les résidences pour personnes âgées. Or, «les échangeurs d’air c’est une chose, mais ça ne suffit pas», a précisé Mme Mancier.

Elle déplore par ailleurs que les CHSLD rattachés à des CIUSSS ou des CISSS n’offrent pas le même confort que les établissements privés qui fonctionnent avec des fonds publics.

La chaleur et la grogne montent 

À Montréal, la chaleur se fait ressentir à mesure qu’on monte les étages, a expliqué Denis Cloutier, président de la FIQ pour l’Est-de-l’Île. Le CHSLD public Jeanne-Le Ber, haut de 11 étages, a enregistré les 39 degrés Celsius.

La chaleur complique le travail du personnel infirmier qui doit encore porter le masque et la visière en tout temps. «C’est une aberration», a exprimé M. Cloutier à l’émission de Benoit Dutrizac.

«On a déjà recensé des 38 degrés dans nos installations. S’il fait 39 degrés à l’extérieur, avec l’effet de la hauteur, ça risque d’être catastrophique», a ajouté M. Cloutier. Selon lui, la climatisation dans les milieux hospitaliers ne devrait pas dépendre des ententes patronales, puisque les canicules reviennent chaque été.

«On vit dans une société assez riche pour offrir un peu de climatisation aux personnes âgées et aux personnes les plus malades», a-t-il poursuivi.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.