/news/currentevents

Enquête pour agression sexuelle: deux joueurs des Tigres de Victoriaville arrêtés

Deux joueurs des Tigres de Victoriaville ont été arrêtés mardi après-midi dans le cadre d’une enquête pour agression sexuelle en marge de la fête suivant la victoire de l’équipe à la Coupe du Président de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. 

Les faits allégués seraient survenus samedi soir dernier à l’hôtel Entourage sur-le-Lac situé à Lac Beauport. C’est là où était hébergée l’équipe qui venait de remporter un premier titre de la LHJMQ en 19 ans. 

Selon les sources consultées par notre Bureau d’enquête, les hockeyeurs venaient tout juste de revenir au centre de villégiature de la banlieue de Québec après un triomphe de 3-2 face aux Foreurs de Val d’Or.  

Une adolescente qui se trouvait sur place et un hockeyeur des Tigres se seraient alors mutuellement tombés dans l’œil. La victime alléguée serait plus tard montée à la chambre du joueur. 

Consentement  

Au départ, il semble que l’adolescente consentait à avoir une «certaine forme de rapprochement» avec le jeune homme qu’elle venait de rencontrer, selon nos sources.  

Mais lorsqu’elle a constaté qu’un deuxième joueur se trouvait dans la chambre, l’adolescente aurait retiré son consentement et refusé d’avoir des relations sexuelles avec ce dernier, selon la déposition qu’elle a faite à la police. 

Selon des sources dans l’entourage de l’équipe, cette version des événements quant au consentement de l’adolescente est démentie par les joueurs concernés. 

La jeune fille, dont la loi nous interdit de révéler l’identité, se serait rendue au poste de police avec ses parents le lendemain, pour porter plainte. 

Elle aurait livré une déclaration jugée «très crédible» par les enquêteurs de la Sûreté du Québec qui l’ont interrogée. 

Le Service de l’identité judiciaire de la Sureté du Québec a effectué plusieurs expertises à l’Hôtel Entourage sur-le-Lac ce lundi. 

Deux techniciens en scène de crime ont quitté en début de soirée dans une fourgonnette noire après avoir examiné pendant plusieurs heures les lieux où serait déroulée les agressions alléguées. 

Selon nos informations, les policiers ont procédé à l’arrestations des deux joueurs en raison du sérieux des soupçons qui pèsent contre eux et de leur volonté de préserver la preuve potentielle. 

L’identité des joueurs doit être protégée car des accusations formelles n’ont pas encore été déposées, mais nos sources rapportent que les procureurs du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) étudient présentement le dossier.   

Le commissaire ébranlé  

Le président de la LHJMQ, Gilles Courteau, est soufflé par les révélations de notre Bureau d’enquête. «C’est une affaire que je prends très au sérieux on va s’en occuper immédiatement» a affirmé celui qui règne depuis 35 ans sur cette ligue. 

M. Courteau a annoncé dans la foulée la tenue d’une enquête interne sur ces allégations. Elle sera menée par ses spécialiste embauchés par la Ligue.