/sports/homepage

La lame de patin qui protège de tout

Arrestations policières et transmission de la COVID-19, la lame de patin protège de tout... en autant qu’on soit joueur de la Ligue nationale de Hockey (LNH), critique le chroniqueur Richard Martineau. 

• À lire aussi: Séries de la LNH: les équipes américaines pourront traverser la frontière

• À lire aussi: Des accusations pour Scheifele?

«Quand tu portes ça, t’as le droit de frapper des gens à coups de bâton, tu peux les slammer contre un mur et les cogner à la tête et aucune police va faire quelque chose contre toi. Et ça, ça te permet aussi, en temps de pandémie, de pouvoir voyager sans faire de quarantaine», dit-il dans sa chronique au Québec Matin en pointant un patin de hockey. 

Le ministre de l’Immigration, Marco Mendicino, a confirmé, dimanche dernier, qu’une exemption avait été accordé à la LNH, en vertu de «l’intérêt national», afin de permettre la tenue de matchs de demi-finale des séries éliminatoires au Canada. 

Richard Martineau dénonce le favoritisme dont font face les sportifs professionnels de la LNH. 

«Il y a des gens qui ont deux vaccins et qui doivent faire la quarantaine et pendant ce temps-là, les hockeyeurs qui ont peut-être un vaccin seulement peuvent se promener aux États-Unis, jouer aux États-Unis, et revenir sans faire de quarantaine», souligne-t-il. 

Il déplore également le fait que plusieurs sportifs amateurs, comme le skieur acrobatique Mikaël Kingsbury, doivent, contrairement aux joueurs de la LNH, faire une quarantaine obligatoire chaque fois qu’ils rentrent au pays après un entraînement ou une compétition. 

Écoutez la chronique complète de Richard Martineau dans la vidéo ci-dessus.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.