/news/world

Le parti républicain a manqué de courage face aux mensonges de Trump selon Obama

Le parti républicain n'a pas eu le courage de dénoncer les mensonges de Donald Trump après l'élection présidentielle et l'assaut contre le Capitole qui a menacé les fondements de la démocratie américaine, affirme Barack Obama dans un entretien à CNN.

Dans cette entrevue, diffusée lundi soir, l'ex-président démocrate dit avoir pensé qu'il existait «suffisamment de garde-fous institutionnels» au sein du «soi-disant establishment républicain» pour qu'il agisse comme un contre-pouvoir face à Donald Trump.

M. Obama revient sur les déclarations du milliardaire républicain niant toute ingérence russe dans l'élection de 2016, puis affirmant qu'il y avait «des gens bien des deux côtés» après les violences entre membres de l'extrême droite et manifestants antiracistes à Charlottesville l'année suivante.

«Nous n'avons pas vu le parti républicain dire: "temps mort, c'est inacceptable, ce n'est pas ce que nous sommes" mais plutôt être intimidé au point de l'accepter», dit-il.

Après l'assaut des partisans trumpistes contre le Capitole le 6 janvier, il fustige aussi «une grande partie d'un Congrès élu qui partage le mensonge d'un problème avec l'élection» présidentielle dont M. Trump refuse d'accepter le résultat, dénonçant sans preuve des fraudes massives lors du scrutin.

«Je ne m'attendais pas à voir si peu de gens dire: "tant pis si je perds mon poste parce que c'est trop important, notre démocratie est trop importante"», explique Barack Obama.

Pour l'ancien hôte de la Maison-Blanche, l'ascendant pris par les alliés de Donald Trump au sein du parti républicain est une menace pour l'exercice de la démocratie.

«Cette expérience de la démocratie ne s'est pas faite toute seule, pas automatiquement» mais elle est le fruit des actes de «chaque génération successive» depuis l'indépendance des États-Unis.