/news/coronavirus

Les écoles de la Mauricie-Centre-du-Québec ont commencé la vaccination

Le coup d'envoi de la vaccination contre la COVID-19 dans les écoles de la Mauricie et du Centre-du-Québec est officiellement donné.

• À lire aussi: COVID-19: la vaccination scolaire se déroule mieux que prévu

«Je me fais vacciner parce que j'ai le goût de reprendre mes activités et peut-être de voyager. Pour vrai je suis tannée de la COVID-19 et j'ai hâte que ça soit fini», a lancé Olivia Bourgeois, étudiante de secondaire 5 à l’École secondaire Jean-Nicolet.

En cette première journée à l'École secondaire Jean-Nicolet, le CIUSSS-MCQ a prévu une capacité maximale de 364 doses du vaccin Pfizer. En tout, le Centre de services scolaire de la Riveraine compte plus de 2100 jeunes âgés entre 12 ans et 17 ans dans ses trois écoles secondaires.

Du côté de Trois-Rivières, à l'école secondaire Chavigny, jusqu'à 500 doses étaient disponibles pour la journée inaugurale. Le Centre de service scolaire Chemin-du-Roy recense quant à lui, 9372 jeunes éligibles à la vaccination dans tous ses établissements de différents niveaux.

Alors qu’à Shawinigan, la vaccination bat son plein dans les écoles secondaires des Chutes et à École Secondaire Champagnat de La Tuque. L’opération se poursuivra dans les autres établissements scolaires jusqu'au 16 juin. Ils sont plus de 4 500 jeunes admissibles à la vaccination sur le territoire du Centre de service scolaire de L'Énergie.

Le vaccin à l’école, une solution rassurante?

«Je pense que de faire la vaccination à l'école est un réel atout pour l'accessibilité. C'est moins compliqué pour les familles et les jeunes y vont en groupe et avec leurs amis. On sent que pour eux c'est une étape importante vers un possible retour à la normale», a expliqué la directrice de l'École secondaire Chavigny, Chantal Couturier.

«On voit une nette différence entre la vaccination dans les écoles et dans les cliniques de vaccination de masse. Les jeunes semblent moins nerveux qu'avec les parents. On n'a pas eu de malaise, pas d'intervention particulière. Mes collègues et moi avons l'impression qu'ils sont plus confiants devant leurs amis et dans leur environnement», a pour sa part ajouté l'infirmière Sylvie Rancourt.

Pour les élèves, le vaccin est synonyme de retour à la normale. «J'avais hâte de me faire vacciner», a souligné une étudiante de secondaire 5 à l'école Chavigny. Notamment pour recouvrir le sentiment de liberté et aussi parce que «c'est rassurant d'être vacciné à l'école», a-t-elle dit à TVA Nouvelles.

«Pour moi le vaccin signifie la famille. Je suis très proche de mes grands-parents et j'espère avoir un Noël en famille», a ajouté une camarade de classe.