/news/law

Procès de Mélissa Webb: le jury devra choisir entre quatre verdicts

Photo Facebook

À la suite de son arrestation, Mélissa Webb a été accusée de meurtre au 2e degré pour avoir causé la mort de David Frigon, mais le jury qui a entendu la preuve et qui aura à déterminer de sa culpabilité ou non a maintenant le choix entre quatre verdicts.  

C’est ce qui a été annoncé, mardi, en toute fin de directives, par le juge François Huot qui a présidé les onze journées d’audience du procès de la femme de 26 ans.  

Le jury a maintenant le choix entre coupables de meurtre au 2e degré, coupable d’homicide involontaire, coupable de voies de fait armé ou encore ils peuvent acquitter Webb à la lumière de la preuve entendue.  

Désormais séquestrés, les sept femmes et cinq hommes qui composent le jury devront s’entendre sur un verdict unanime avant de revenir devant le magistrat. 

Ce que le jury ignore  

Si l’ensemble de la preuve a été présentée au jury, deux éléments n’ont pas été révélés et discutés hors leur présence.  

Tout d’abord, la semaine dernière, l’avocat de la défense, Me Sébastien Saint-Laurent a déposé au juge François Huot une requête «en verdict imposé» qui a été rejetée par le magistrat.  

Dans sa demande, l’avocat stipulait que la preuve présentée par la Couronne était «crédible», mais qu’elle présentait «des failles» telles qu’il ne serait pas possible pour un jury de pouvoir «raisonnablement conclure à la culpabilité de l’accusée» et il demandait au Tribunal d’ordonner au jury de prononcer l’acquittement.  

Après avoir étudié les arguments présentés, le magistrat en est toutefois venu à la conclusion que «chacun des éléments essentiels» de l’accusation avait été couvert par la Couronne.  

Rap de détention  

Avant le contre-interrogatoire de l’accusée, la poursuivante, Me Caroline Munger avait également demandé, hors jury, la permission au Tribunal de déposer une vidéo de Mélissa Webb qui se retrouve sur You Tube, vidéo qu’elle a enregistré alors qu’elle se trouvait dans une maison de thérapie.  

Dans la vidéo, Webb chante sur un air de rap: «Accusée de meurtre au 2e degré, à ma première arrestation, cinq heures à être filmée en étant interrogée, l’enquêteur qui me dit: Tu dois être une vraie, toi, parce que tu dis pas un son».  

En exposant la vidéo aux membres du jury, la procureure désirait montrer la dichotomie entre l’attitude de Webb en interrogatoire, qui était très émotive, et la froideur démontrée dans l’enregistrement.  

Une demande rejetée aussi par le juge qui a considéré que «l’effet préjudiciable surpassait les bénéfices qu’elle pourrait apporter».