/news/society

Vigile à la mosquée de London, un «acte terroriste» condamné de toute part

Une vaste vigile, à laquelle participera notamment le premier ministre Justin Trudeau, se tiendra mardi soir à la London Muslim Mosque pour commémorer la mémoire de la famille décimée dans un attentat antimusulman dimanche.

• À lire aussi: Attentat anti-musulman à London: quatre morts et un enfant blessé

• À lire aussi: Trudeau dénonce l'attaque terroriste à London

Les gestionnaires de la mosquée ont invité la population à participer à la vigile à partir de 19 h. Les participants sont invités à respecter les règles sanitaires, tandis que la cérémonie sera retransmise sur Instagram et sur Facebook.

Les citoyens sont aussi invités à ajouter un ruban vert sur leur photo de profil, sur les médias sociaux, pour dénoncer l’islamophobie.

Le premier ministre Justin Trudeau, qui a qualifié l’attaque au camion-bélier «d’acte terroriste» mardi matin, sera présent parmi les dignitaires attendus sur place. Le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, y sera aussi. Il a d’ailleurs déclaré en après-midi travailler avec la santé publique locale pour atténuer les mesures contre la COVID-19 afin de permettre aux gens d’assister à la commémoration.

«On ne doit pas s’habituer à cette violence. On ne doit pas se laisser désensibiliser. On ne peut pas accepter que ça devienne normal. Chaque fois qu’on est témoin de cette haine, on doit la dénoncer», avait mentionné M. Trudeau en matinée à la Chambre des communes, après un moment de silence.

Islamophobie   

En parallèle, la mosquée a réclamé, dans son invitation, que soit organisé rapidement un «sommet national d’action contre l’islamophobie» auquel participeraient des dirigeants municipaux, provinciaux et fédéraux afin de prendre des mesures contre «l’islamophobie systémique».

«Ces actions sont nécessaires pour s’assurer que personne d’autre ne vive ce que la famille de London a souffert», a-t-on expliqué.

Dimanche soir, un homme de London âgé de 20 ans, Nathaniel Veltman, aurait foncé directement sur une famille de cinq au volant d’une camionnette, tuant quatre membres de la famille et blessant grièvement une cinquième personne, un petit garçon de 9 ans.

L’homme, qui s’est dénoncé peu après à la police, fait face à des accusations de meurtres prémédités et aurait été motivé par sa haine des musulmans, a indiqué la police de London.

Une communauté en deuil   

«C’était la famille la plus aimante et compatissante qui soit et elle vous accueillait toujours avec le sourire», a confié à Global News Sana Yasir, une amie de la famille qui a partagé un communiqué des survivants en leur nom.

«Nous devons comprendre que la destruction d’une famille de façon aussi brutale et horrible est une chose à laquelle nous devons nous opposer. Nous devons nous tenir face à la haine et à l’islamophobie», ont déclaré par communiqué le frère et la belle-sœur du père de famille tué, Salman Azfaal.

Les victimes de la tragédie   

Né au Pakistan, Salman Afzaal, 46 ans, était très impliqué dans la communauté de la mosquée de London, selon plusieurs témoignages d’amis et de proches qui ont paru dans les médias. Physiothérapeute pendant plus de sept ans dans des établissements de soins de longue durée et des maisons de retraite en Ontario, M. Afzaal était décrit comme un homme bon et bienveillant.

Sa femme, Madiha Salman, 44 ans, a aussi poursuivi des études au Pakistan avant d’étudier à l’Université Western, à London, selon son profil LinkedIn. Formée en ingénierie environnementale, elle souhaitait trouver un emploi qui l’aiderait à «régler des problèmes géo-environnementaux et contribuer à la remise en état de notre environnement naturel.»

Ils étaient parents de Yumna Afzaal, une adolescente de 15 ans qui a aussi péri dans l’incident, et de Fayez Afzaal, le jeune garçon qui a été grièvement blessé. Yumna était en neuvième année, à l’école secondaire, et était perçue comme une leader parmi les étudiants d’origine musulmane de la Oakridge Secondary School.

La mère de Salman Afzaal, âgée de 74 ans, compte aussi au nombre des victimes. Son nom n’a pas encore été dévoilé.