/news/politics

Fin de la quarantaine à l'hôtel pour les voyageurs pleinement vaccinés

À partir du mois de juillet, les voyageurs entièrement vaccinés n’auront plus besoin de passer par un séjour obligatoire dans un hôtel désigné à leur entrée au pays par voie aérienne.

• À lire aussi: Washington assouplit son avertissement aux voyageurs

Il faudra toutefois, afin d’éviter l’hôtel, que les personnes aient reçu leur deuxième dose de vaccin, au moins 14 jours avant l’entrée au pays, et que les vaccins administrés soient les mêmes qui sont actuellement autorisés par la santé publique du Canada, soit ceux de Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson.

Aussi, l’assouplissement ne concerne pas les touristes, mais uniquement les citoyens et résidents canadiens, ainsi que les travailleurs essentiels et les étudiants étrangers.

Le ministre fédéral des Affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc, a précisé que «ces changements ne seront faits que si le nombre de cas continue de baisser et que la campagne de vaccination continue de bien aller».

Les règles sur le droit d’entrée ou non au Canada restent inchangées.

«Tout changement additionnel dans le cadre de la prochaine phase sera fait sur la base de données au pays et de la situation à travers le monde et en consultation, encore une fois, avec les provinces et les territoires», a ajouté le ministre LeBlanc.

Le passage à l’hôtel continuera de s’imposer au reste des voyageurs, même ceux ayant reçu une première dose du vaccin contre la COVID-19.

Le reste des mesures sanitaires restent en vigueur jusqu’à nouvel ordre, incluant un premier test de dépistage à l’arrivée et une présentation d’un plan de quarantaine jugé adéquat par les services frontaliers.

La quarantaine obligatoire à l’hôtel est entrée en vigueur le 22 février dernier.

Un «genre de passeport vaccinal» en préparation   

La fin de la quarantaine obligatoire à l’hôtel pour les personnes entièrement vaccinées implique nécessairement une vérification de l’historique de vaccination des personnes entrant au pays.

Le ministre LeBlanc a souligné qu’un «genre de passeport vaccinal» était actuellement en élaboration en partenariat avec les provinces.

Ce passeport vaccinal, qui se veut, selon M. LeBlanc, une «solution à long terme et beaucoup plus permanente», pourrait n’être déployé qu’après la première phase d’assouplissement au début du mois de juillet.

D’ici là, le ministre a indiqué qu’une alternative plus simple pour afficher une preuve de vaccination à la frontière était en cours de préparation.