/news/coronavirus

Appel au partage des vaccins contre la COVID-19

Le Canada doit partager ses vaccins excédentaires avec les pays moins nantis pour éviter que la COVID-19 ne revienne en force, a plaidé mercredi l’ancienne présidente de l’organisme Médecins sans frontières. 

• À lire aussi: Des cas en hausse au Québec, baisse en Ontario

• À lire aussi: Sept millions de doses de Moderna à venir en juin

À ce jour, quelque deux milliards de doses de vaccin ont été administrées dans le monde, mais les trois quarts d’entre elles ont été données dans seulement une dizaine de pays, dont le Canada. À l’opposé du spectre, moins de 2 % des habitants de l’Afrique ont été vaccinés.

Cette situation préoccupe la Dre Johanne Liu. «Ça m’inquiète parce que ça veut dire que seulement une poignée de pays vont avoir accès à une certaine immunité bientôt, mais ça laisse derrière des dizaines et des dizaines de pays», a mis en garde l’ancienne présidente de Médecins sans frontières et membre du panel international indépendant sur la COVID-19 au microphone de QUB radio. 

  • Écoutez l'entrevue de Johanne Liu avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:  

«Si le virus de la COVID-19 est en liberté et continue de se propager, il y a un potentiel de mutation et, éventuellement, de voir une mutation qui pourrait évader la protection de nos vaccins», a ajouté celle qui travaille aussi au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, à Montréal.

La Dre Liu assure qu’elle «ne veut pas être l’oiseau de malheur ou la casseuse de party», mais juge que les Québécois doivent être conscients du risque que continue de poser la COVID-19 dans le monde, en dehors des pays grandement vaccinés comme le Canada.

Par exemple, le variant delta, anciennement qualifié de variant indien, fait chuter l’efficacité du vaccin de Pfizer/BioNTech à 30 ou 40 % après une dose et à 70 % après deux doses, contre plus de 95 % d’efficacité pour la version originale du SRAS-CoV-2. Et rien n’empêche qu’un variant encore plus résistant puisse apparaître un jour.

«Je demande qu’au G7, le premier ministre [Justin Trudeau] se positionne clairement, au lieu de laisser une ambiguïté. Le Canada veut être un champion du combat contre la COVID-19 ici et ailleurs, et ça commence avec un partage de nos vaccins excédentaires», a donc réclamé la Dre Liu, en faisant référence au sommet du G7 qui se tiendra du 11 au 13 juin au Royaume-Uni.

Les pays riches doivent aussi s’assurer de prévenir et planifier l’octroi de doses aux pays plus pauvres, de façon à ce que ceux-ci puissent planifier leur campagne de vaccination, a ajouté la Dre Johanne Liu.

Dans la même catégorie