/regional/saguenay

Bal des finissants: trop peu trop tard

Bal des finissants

Photo Pierre-Paul Poulin

Bien que les bals de finissants soient autorisés a compté du 8 juillet, les finissants de plusieurs écoles secondaires du Saguenay-Lac-Saint-Jean trouvent cette date trop tard.

• À lire aussi: Est-du-Québec : Pas de bals pour certains malgré les assouplissements

Les célébrations sont organisées depuis longtemps pour certains finissants qui ont déjà planifié les services d'un photographe ou d'un DJ de même que la location de certains équipements. Des services difficiles à déplacer en un mois. 

Certains étudiants préfèrent s’organiser une journée pour eux, d’ici la fin du mois de juin. «On travaille sur une journée de finissants, non pas un bal, où il y aura des petites bouchées, des spectacles, de la musique, des anecdotes, etc. Ça va être vraiment bien et intime. C'est super bien organisé», a expliqué Karolane Claveau, la première ministre de l'École secondaire Charles-Gravel.

Encadrement par les élèves et les parents   

À plusieurs endroits, la responsabilité d’encadrer la soirée reviendrait aux élèves ou aux parents. La permission accordée aux étudiants pour célébrer la fin des études secondaires, sans masque et sans distanciation sociale a fait grincer des dents les propriétaires de maison funéraires qui sont toujours soumis à un maximum de 50 personnes à la fois entre leurs murs, avec une possibilité de roulement.

Une décision que juge «questionnable» la directrice adjointe et thanatologue du Complexe funéraire Carl Savard, Marianick Jean.

«La raison que nous donnait le gouvernement, c'était que pendant les funérailles, les gens pouvaient se rapprocher, se coller. On a besoin d'amour dans ces moments difficiles. Mais là, c'est pas mal ça qui risque de se passer avec les bals», a-t-elle ajouté.

Elle est un peu déçue que «le plaisir passe toujours avant le deuil» dans les annonces gouvernementales, et ce, depuis le début de la pandémie.

Dans la même catégorie