/news/coronavirus

La COVID repart à la hausse en Russie

Le nombre d'infections quotidiennes au coronavirus en Russie a dépassé les 10 000, une première depuis mars sur fond de campagne de vaccination qui patine, selon les statistiques publiées lundi.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: COVID-19: retirer le masque en classe est prématuré, clame une experte

• À lire aussi: La Norvège offre le vaccin Janssen aux volontaires contre l'avis de spécialistes

Au total, 10 407 cas ont été recensés à travers le pays dont 4 124 à Moscou, un record pour la capitale russe depuis le mois de janvier et la fin d'une deuxième vague meurtrière de l'épidémie de COVID-19.

Le maire de Moscou, Sergueï Sobianine a relevé que la situation empirait dans la capitale, principal foyer épidémique russe depuis le début de la crise sanitaire. La ville va rouvrir «dans les jours à venir» des hôpitaux de campagne dédiés pour accueillir ces patients, a-t-il ajouté.

«Malheureusement la situation reste difficile, nous voyons de jour en jour la maladie flamber», a dit M. Sobianine, lors d'une rencontre avec des restaurateurs retransmise à la télévision.

Il a cependant assuré ne pas «avoir l'intention d'ordonner un confinement».

AFP

La mairie a en revanche annoncé renforcer les contrôles pour imposer le port du masque dans les lieux publics, notamment les transports, alors que de très nombreux Moscovites ne respectent pas cette obligation depuis des mois.

Saint-Pétersbourg, la deuxième ville du pays qui accueille à partir du 12 juin quatre matches de l'Euro de football, a également reconnu être confronté à une croissance du nombre des infections.

Poutine appelle à la vaccination

Sur le front de la vaccination, le président Vladimir Poutine lui-même est monté au créneau à plusieurs reprises ces derniers jours et semaines pour convaincre les Russes d'aller se faire vacciner au plus vite, avec l'ambition d'atteindre l'immunité collective à l'automne 2021 afin d'éviter une nouvelle vague épidémique.

Mais selon un sondage de l'institut Levada réalisé en avril, 62% des personnes interrogées ne sont pas prêtes à se faire administrer le Spoutnik V, développé par Moscou et au coeur de la politique d'immunisation et de la communication de l'État.

À ce jour et depuis décembre, à peine 18 millions de Russes, soit environ 12% de la population, ont reçu au moins une dose, selon le recensement effectué par le site Gogov, qui agrège les données des régions et médias faute de statistiques nationales officielles.

AFP

La Russie est l'un des pays les plus touchés par la pandémie. Selon l'agence des statistiques Rosstat, plus de 270 000 morts lui étaient liés à fin avril soit plus du double du bilan de 124 895 décès reconnus à ce jour par le gouvernement dans sa comptabilité quotidienne.

Les données démographiques témoignent en outre d'une mortalité en très forte hausse en janvier-avril 2021 par rapport à la même période de 2020, avec 752 000 décès enregistrés contre environ 611 000 un an plus tôt.

Surmortalité de 18%

En 2020, la croissance du nombre de morts avait déjà atteint 18% avec 2,1 millions de décès contre 1,8 million en 2019.

Les autorités n'ont pas détaillé les causes de cette envolée de la mortalité que les statistiques concernant le COVID n'expliquent que partiellement.

Après le confinement du printemps 2020, la Russie, pour préserver son économie, a mis en place des restrictions anti-COVID très limitées et dont l'essentiel a été levé début 2021.

La principale mesure restant en vigueur est le port du masque dans les magasins et les transports.

Si les mesures anti-COVID bloquent l'organisation de manifestations par l'opposition, de grands rassemblements ayant l'assentiment du Kremlin ont, eux, pu avoir lieu. Des fans zones seront notamment mises en place à l'occasion de l'Euro de foot (11 juin-11 juillet).

Dans la même catégorie